19 Avril 2018

Centrafrique: Tentative de déstabilisation - L'ultimatum de l'ONU

Les troupes onusiennes mettent en garde les groupes armés contre tout projet de renversement des institutions en place.

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA) est sur le pied de guerre. La dernière sortie de son porte-parole indique clairement qu'il y a péril en la demeure.

Dans une intervention musclée, Vladimir Monteiro a fait savoir mardi à Bangui que les troupes onusiennes pourront recourir à la force si les hommes armés mobilisés Kaga Bandoro, chef lieu de la Nana Gribizi, dans le nord du pays venaient à sauter sur la capitale centrafricaine comme ils prétendent.

«Nous avons constaté effectivement l'arrivée de quelques éléments du FPRC. La MINUSCA suit cette situation avec attention. S'il s'avérait que ces éléments tenteraient quoi que ce soit, des mesures seraient prises», a-t-il prévenu. M. Monteiro recommande aux groupes rebelles de faire preuve de retenue afin que les efforts du panel des facilitateurs de l'Initiative africaine pour la paix et la réconciliation soient pris en compte.

Cette sortie fait suite à un regroupement progressif et massif des troupes du Mouvement patriotique pour le Centrafrique (MPC) du général Mahamat Al-khatim, de l'Union pour la paix en Centrafrique (UPC) du général Ali Darassa et ceux du Front populaire pour la renaissance de Centrafrique (FPRC) de Nourredine Adam, tous équipés de blindés.

Pour le moment, aucune source officielle dans les rangs des groupes armés ne s'est encore prononcée sur les raisons de cet important déploiement. Mais des sources internes font état de ce que les dernières opérations de nettoyage du quartier PK5 à Bangui entreprises par la MINUSCA seraient à l'origine de ce branle-bas.

Les ex-Séléka se posant en protecteurs des musulmans estiment que cette communauté est particulièrement visée par ces opérations. Une accusation balayée d'un revers de la main côté onusien. «L'opération 'Soukoula Km5' lancée le 8 avril 2018 vise des bandes criminelles. Elle ne vise pas la communauté musulmane (... ) toute manipulation dans ce sens est inacceptable», tient à préciser Vladimir Monteiro.

A Bangui, l'on se dit prêt à toute éventualité. Au cours d'une conférence de presse donnée mardi, Sébastien Wenezoui, ex-coordonnateur du groupe d'autodéfense anti-Balaka prévient leurs frères ennemis contre toute offensive. «On ne déclare pas la guerre pour l'instant, on attend (... ) si les Seleka arrivent à Bangui, c'est la faute de la communauté internationale et de la MINUSCA».

Faute d'une armée digne de ce nom, le gouvernement centrafricain dit s'en remettre à la force onusienne en cas d'agression. «La Centrafrique n'a pas encore remis son armée sur pied. Celle-ci n'est pas encore armée comme il se doit. Pour toute alerte de ce genre-là, Bangui ne peut que travailler avec ses partenaires, c'està-dire la MINUSCA», a déclaré Ange Maxime Kazagui, son porte-parole.

Centrafrique

L'exploitant français Rougier vend des filiales camerounaises et centrafricaines

Le tribunal de commerce de Poitiers, dans le centre-ouest de la France, vient de trancher sur l'avenir du groupe… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.