20 Avril 2018

Gabon: La gendarmerie nationale traque les trafiquants des pointes d'ivoire à Mitzic

La brigade centre de Gendarmerie de Mitzic est décidément un acteur actif et décisif de la lutte contre le braconnage dans le nord Gabon. Le 11 avril dernier, une équipe composée de gendarmes, d'agents des Eaux et Forêts et des juristes de Conservation Justice a eu le confirmation d'une transaction programmée de longues dates et qui devait avoir lieu le jour même dans une commune de la municipalité.

Mitzic a été le théâtre de deux interpellations de quatre trafiquants et braconniers présumés à la suite d'une enquête rondement menée par les éléments de la Gendarmerie Nationale de la localité. Avec eux six pointes d'ivoire. De quoi passer six mois en prison.

A la recherche des trafiquants dans la ville, les éléments de la GENA vont être attirés par la présence inhabituelle d'un véhicule devant un bâtiment privé. Mal stationné et surtout occupé par trois personnes, le véhicule va être sur le champ l'indice final pour les OPJ.

Dans le véhicule en question en effet, trois personnes tranquillement installées. Visiblement, et selon toutes les informations réunies sur place, elles s'apprêtent à ce moment à débarquer une marchandise. Laquelle ? De l'ivoire tiré de deux éléphants qui doit être livré à des trafiquants impliqués dans un réseau international de trafic d'ivoire.

C'est à la suite d'une fouille opérée sur le véhicule que la marchandise est trouvée et saisie. Les OPJ n'ont alors d'autres choix que d'interpeller les nommés SISSOKO BIRAME, CISSE MOMADOU et SEIDOU ABA, respectivement de nationalité Malienne, Ivoirienne et Gabonaise en possession de 4 pointes d'ivoire qu'ils s'apprêtaient à vendre.

Conduits au poste de gendarmerie, ils vont briser le silence rapidement dévoilant le nom de leur fournisseur ou en tout cas du propriétaire des pointes, un certain Serge NZAMBA, Gabonais. Se sachant condamnés, ils vont accepter de conduire les OPJ vers le fournisseur. Celui sera pris une heure après en flagrant délit de détention de deux pointes d'ivoire. Il s'avère que Serge NZAMBA attend un éventuel client. Et pour cela, il aura pris le temps d'exposer au sol deux pointes d'ivoire.

En tout donc, les partenaires de la lutte contre le braconnage ont saisi six pointes d'ivoire correspondant à trois éléphants adultes abattus. Le massacre continue donc avec la complicité des Gabonais.

La lutte contre le braconnage et le trafic des produits et trophées des espèces animales intégralement protégées n'est pas assez dissuasive au regard des peines prévues par le code forestier Gabonais. Les nommés SISSOKO BIRAME, CISSE MAMADOU, SEIDOU ABA et NZAMBA serge vont être présenté devant le Procureur de la république pour répondre des faits de détention, transport et commercialisation des trophées d'une espèce intégralement protégée pour avoir violer les dispositions des articles 92, 274, 275 du code forestier et l'article 3 du décret 163/PR/MEF du 19 janvier 2011. Les mis en cause risquent jusqu'à 6 mois de prison seulement.

Com BF/JB/MT/

Dans la même rubrique

Gabon

Polémique sur le règlement des salaires des fonctionnaires

Au Gabon, le gouvernement continue de dérouler ses mesures d'austérité. Ce mardi 17 juillet, les… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Gabonews. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.