21 Avril 2018

Afrique: Eurobond 2018 - La réussite de la Côte d'Ivoire citée en exemple

La Banque mondiale a salué publiquement, le vendredi, les autorités ivoiriennes pour leur grande capacité de captation des fonds.

« Avant de commencer, je voudrais adresser mes félicitations à la Côte d'Ivoire à l'émission de l'Eurobond 2018. C'est la première fois qu'un pays africain parvient à ce genre de résultats... ».

Ces propos sont ceux de Philippe Le Houérou, vice-président exécutif de la Société financière internationale (Sfi), la branche du Groupe de la Banque mondiale en charge du secteur privé.

Il les a prononcés, le vendredi 20 avril, au cours d'une séance de travail avec la délégation ivoirienne conduite par le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, au siège de son institution.

Le chef du gouvernement participe depuis jeudi aux réunions de printemps du Fmi/Banque mondiale, à Washington. Il était donc attendu à la Sfi pour faire le point sur la coopération entre la Côte d'Ivoire et cette institution de la Banque mondiale.

Outre ce succès de l'Eurobond 2018, qui a permis à la Côte d'Ivoire de mobiliser, en mars dernier, 1,7 milliard d'euros, soit 1115 milliards de Fcfa, sur les marchés internationaux, le patron de la Sfi a aussi rendu un hommage appuyé aux organisateurs de Africa Ceo Forum pour la réussite de cette rencontre ; une véritable plateforme d'échanges et d'expression du secteur privé.

Cela traduit, dit Le Houérou, la volonté affichée du gouvernement ivoirien à donner une certaine visibilité au secteur privé et à accorder une importance à son rôle dans le développement de la nation.

Tout en remerciant la Société financière internationale pour son appui et la mobilisation constante du secteur privé en faveur de la Côte d'Ivoire, le Premier ministre réaffirmé au groupe de la Banque mondiale la détermination de son gouvernement à continuer les réformes nécessaires pour soutenir la compétitivité globale de l'économie.

C'était aussi l'occasion pour lui de faire le point sur la coopération avec l'institution mais surtout d'égrener les priorités du gouvernement ivoirien qui devront nécessiter des appuis extérieurs, notamment de la Banque mondiale.

Il est bon de noter que les interventions de la Sfi en Côte d'Ivoire se chiffrent à plus de 545 300 000 dollars de 2012 à 2017 au profit de plusieurs secteurs : développement des infrastructures, l'énergie, les transports, l'agrobusiness, la facilitation du développement du marché des capitaux et de l'environnement des affaires.

En termes de perspectives, le Premier ministre veut pouvoir compter sur la Sfi pour accompagner la Côte d'Ivoire dans l'exécution de ses programmes prioritaires dans les domaines de l'électricité, l'amélioration du climat des affaires, la promotion des Pme, le soutien aux coopératives agricoles, l'énergie, l'agro-industrie avec la transformation de deux produits de rente : le cacao et l'anacarde ; le logement, le tourisme, les zones industrielles.

En réponse à ces perspectives d'investissements, Le Houérou a rassuré le chef du gouvernement de la disponibilité de son institution à toujours aider la Côte d'Ivoire à conduire ses projets de développement, en l'assistant dans la recherche des investisseurs dans tous les secteurs.

Les ministres Kaba Nialé, Thierry Tanoh, Mamadou Sangafowa Coulibaly, Abdourahamane Cissé, l'ambassadeur de Côte d'Ivoire aux Usa, Haidara Mamadou, ainsi qu'un représentant du ministère de l'Economie et des Finances ont assisté à cette séance de travail.

Cote d'Ivoire

BAD - La semaine de l'évaluation du développement 2018 va se tenir à Abidjan

La rencontre programmée du 5 au 7 septembre, dans la capitale économique de la Côte d'Ivoire, aura… Plus »

Copyright © 2018 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.