22 Avril 2018

Cameroun: 46e fête nationale - La sécurité sera assurée

Des dispositions prises au cours de la réunion d'évaluation sécuritaire, présidée vendredi, sur très hautes instructions du chef de l'Etat, chef des armées, par le MINDEF, Joseph Beti Assomo.

Le 20 mai prochain, les Camerounais sur l'ensemble du territoire national et en dehors, vont commémorer le 46e anniversaire de l'avènement de l'Etat unitaire. Un événement qui intervient encore cette année dans un contexte marqué par des tensions dans certains coins du pays. Le président de la République, chef des armées, tient à ce que cette célébration se déroule partout dans les mêmes conditions : dans la paix et la tranquillité. D'où la réunion d'évaluation sécuritaire qui s'est tenue, sur ses hautes instructions, vendredi dernier dans la salle des Actes du ministère de la Défense.

Autour du ministre délégué, Joseph Beti Assomo, on retrouvait notamment le ministre de l'Administration territoriale, Paul Atanga Nji doublé de sa casquette de secrétaire permanent du Conseil national de sécurité, les deux secrétaires d'Etat auprès du MINDEF, le général de corps d'armée, chef d'état-major des armées, René Claude Meka, le directeur général de la Direction générale de la Recherche extérieure (DGRE), Léopold Maxime Eko Eko, le secrétaire général de la délégation générale à la Sûreté nationale, Dominique Baya, les chefs d'états-majors centraux, le général de brigade commandant le 1er secteur de la Force multinationale mixte (FMM) de la Commission du bassin du Lac Tchad, Bouba Dobékréo, les commandants des régions militaires interarmées (RMIA) et des régions de gendarmerie, les proches collaborateurs du président de la République en matière de sécurité dont le général de brigade aérienne, chef d'état-major particulier, Emmanuel Amougou, le lieutenant- colonel, commandant la Garde présidentielle, Raymond Jean Charles Beko'o Abondo et un représentant du directeur de la Sécurité présidentielle (DSP).

Si le huis clos était de rigueur au cours de la rencontre, Joseph Beti Assomo a d'abord brossé l'état de la situation sécuritaire sur le territoire national et à l'étranger. Rappelant que les assises de vendredi dernier se tenaient dans « un contexte particulier marqué par de nombreux défis sécuritaires, tant au niveau international qu'à l'intérieur de nos frontières ». Au plan national, le MINDEF a souligné qu' « à l'exception notable de l'Extrême- Nord, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, la situation sécuritaire sur l'ensemble du pays est sous-contrôle des autorités administratives et des forces de défense et de sécurité qui travaillent en synergie ». Toutefois, la rencontre de vendredi n'a pour autant pas occulté la situation qui prévaut dans les régions où règne le calme, « pour prendre des décisions et des mesures appropriées qui seront soumises à la haute appréciation du président de la République, chef des armées ».

Toujours au plan interne, il a souligné qu'au niveau de la frontière nord avec le Nigeria, la FMM a lancé des offensives, en synergie avec les forces de défense et de sécurité camerounaises, dans la forêt nigériane de Sambisa contre la secte terroriste Boko Haram. Dans la lutte contre cette nébuleuse, le MINDEF a relevé que le contrôle de la zone du Lac Tchad est devenu un enjeu important. Autre lieu de préoccupation, c'est la frontière avec la République centrafricaine où, « l'insécurité persiste dans la région de l'Est-Cameroun où l'on relève encore des actions de pillage de marchandises, de prises d'otages avec demandes de rançon... ». Joseph Beti Assomo a déploré le glissement de la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où des revendications corporatistes ont tourné vers une « véritable violence politico-séparatiste armée », avec pour objectif de perturber l'activité sociopolitiques.

Des actes qui ont reçu une réponse énergique et appropriée des forces de défense et de sécurité pour la préservation de l'intégrité territoriale du Cameroun ». Il a salué la maîtrise de la situation dans la zone maritime. Le Cameroun doit néanmoins continuer à faire face au banditisme, à la criminalité, la transhumance belliqueuse des bergers venus des Etats voisins .

Cameroun

Biya reçoit M. Faki - Le pays «fidèle» à ses engagements sur les droits de l'homme

Vendredi 13, au Cameroun, le président Paul Biya recevait pour un déjeuner officiel le président de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.