22 Avril 2018

Burkina Faso: Bousculade mortelle à Somgandé/Ouagadougou - Six morts après le prêche d'un guide spirituel

Une bousculade à l'issue du prêche du guide spirituel, le cheick El Hadj Abdoul Aziz Soré, dans la nuit du vendredi 20 au samedi 21 avril 2018 au quartier Somgandé à Ouagadougou, a fait six morts et presqu'autant de blessés. Une enquête est actuellement ouverte pour déterminer les causes exactes du drame.

Le prêche du guide spirituel El Hadji Cheick Abdoul Aziz Soré, dans la nuit du 20 au 21 avril 2018 à Ouagadougou, a viré au drame. Une bousculade après la prière de l'homme de Dieu, a coûté la vie à six personnes dont cinq femmes et un homme. L'incident a eu lieu au plateau omnisports du quartier Somgandé au Nord-Est de la capitale burkinabè. Il s'est produit alors que le Cheick Abdoul Aziz Soré venait d'y achever son grand prêche auquel avaient assisté des milliers de fidèles. Sur place, les séquelles de la bousculade étaient toujours visibles dans l'après-midi du samedi 21 avril 2018 : des tas de chaussures et autres objets dont des pagnes, des voiles, des bidons d'eau. Au moment où nous étions sur les lieux, des personnes s'affairaient à chercher des effets perdus, à côtés des badauds qui ramassaient des objets récupérables.

Selon des témoins, c'est au petit matin, ce samedi, que la bousculade s'est produite, au moment où les fidèles venus écouter le prédicateur étaient sur le point de repartir chez eux. «Nous n'avons rien compris. Le cheick Abdoul Aziz Soré avait fini son prêche et était rentré chez lui, non loin dudit lieu. Le matin nous apprenons qu'il y a eu des morts à la suite des bousculades», raconte un jeune homme qui a requis l'anonymat. Un autre témoin, toujours dans l'anonymat, fait observer que l'incident est survenu parce que certaines personnes ont voulu emprunter des raccourcis, en passant par les petites portes du stade ou même passer par-dessus le mur de la clôture. Et de préciser que la bousculade est survenue parce que des personnes, certainement en charge de la sécurité, ont voulu les en empêcher.

Pour sa part, El Hadj Abdoul Aziz Soré, a confié être dans l'incapacité d'expliquer les causes exactes du drame. «Je ne peux pas vous expliquer ce qui s'est passé puisque je n'étais plus sur les lieux au moment du drame. Nous avons prêché jusqu'à deux heures du matin. C'est lorsque nous sommes entrés à la maison que nous avons reçu des appels nous informant qu'il y a eu un incident au moment où le public repartait et qu'il y a eu même des morts (... ) Certainement que des témoins ou les enquêtes en cours pourront nous édifier davantage», a avoué le guide spirituel.

Une enquête ouverte

Pour lui, des spécialistes en charge de la sécurité de ce genre de rassemblements peuvent mieux expliquer ce qui s'est passé, dans la mesure où ils ont effectué des études dans le domaine.

A entendre le cheick Abdoul Aziz Soré, les autorités compétentes ont été informées du rassemblement et toutes les mesures sécuritaires auraient été prises pour la sécurité des participants à son prêche. «Les autorités sont toujours informées de toutes nos activités. Nous n'entreprenons rien sans au préalable informer les autorités. Et des mesures de sécurité sont chaque fois prises pour assurer la sécurité du public de nos prêches», a-t-il indiqué, regrettant ce qui s'est passé. «Nous ne pouvons rien dire d'autre que de prodiguer des bénédictions pour le repos des âmes de ceux qui ont perdu la vie suite à cet incident», a affirmé l'homme d'Allah. Il a rappelé que le 13 avril 2018, il était au stade du 4-Août pour prêcher et qu'à l'occasion, le public est venu de tous les coins du pays et même de pays étrangers. «Ce jour-là, le stade du 4-Août était plein à craquer et le monde qui se trouvait dehors pouvait remplir trois fois le stade. Cependant, il n'y a pas eu d'incident malheureux», s'est souvenu le guide spirituel.

Et d'ajouter que le 7e jour de ce grand rassemblement était le vendredi 20 avril 2018 où il a encore convié les gens pour un prêche et des bénédictions. Il a demandé à Allah d'accepter dans son royaume, ceux qui sont partis (lors du drame) et qu'il accorde sa grâce aux membres des familles éplorées. Aussi, a-t-il imploré Dieu qu'il bénisse le Burkina Faso et évite au pays de pareils drames.

Cheick Abdoul Aziz Aguib Soré se présente comme un fils du Burkina Faso, plus précisément de Nouna, mais basé au Mali. «Chaque année, depuis que j'avais 18 ans, je fais des prêches qui consistent à sensibiliser les gens dans toutes les régions du pays, y compris dans la capitale», a-t-il expliqué.

Le procureur du Faso, près le Tribunal de grande instance de Ouagadougou, Maïza Sérémé, en compagnie du maire de Ouagadougou, Armand Béouindé, a fait le déplacement sur le lieu, dans la matinée du samedi 21 avril 2018. Des constats d'usage ont été opérés et une enquête a été ouverte pour déterminer les causes réelles du drame.

Burkina Faso

Décès de Kofi Annan - «Une grande perte pour le Ghana, l'Afrique et le monde», selon Roch Marc Christian Kaboré

Pour le président du Faso, cette disparition de M. Annan est « une grande perte pour le Ghana, l'Afrique et… Plus »

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.