23 Avril 2018

Mali: Développement de l'élevage - Le LCV en quête de 17 milliards de FCFA pour son plan stratégique

Avec plus de 43 millions de doses de vaccins produites en 2017, le Laboratoire vétérinaire central (LCV) est aujourd'hui une référence dans la sous-région et exporte ses vaccins contre les maladies animales au Burkina Faso, au Togo, au Niger, en Mauritanie et en Angola.

Pour maintenir le cap pour cette année 2018, il s'est doté d'un plan stratégique de développement d'un coût de 17 milliards de FCFA à mobiliser pour bien se positionner dans un secteur dont elle veut être le leader en Afrique de l'ouest.

C'est que les travaux de la 33ème session du conseil d'administration du LCV, tenus le vendredi dernier ont été l'occasion pour le Directeur général du Laboratoire, Dr Boubacar Ousmane Diallo (en photo avec la ministre de l'élevage) d'évoquer avec les médias, les résultats de l'exercice précédent qui à ses dires, « a été une année inédite », de par les principales difficultés et le plan stratégique de développement.

Soulignant les contraintes, Dr Diallo a insisté sur le manque de ressources humaines qualifiées. En effet, souligne t-il, chaque année, le Laboratoire vétérinaire central perd des cadres qualifiés admis à la retraite.

De même, poursuit le patron de la boîte, les outils de productions ont besoin d'être redynamisé pour répondre à l'augmentation de la demande de plus en plus croissante.

Autre difficulté, c'est le problème foncier auquel le service est confronté depuis plusieurs années. En effet, une bonne partie de son domaine foncier sis à Sotuba est l'objet de spéculation foncière malgré un titre foncier en bonne et dû forme. Le dossier traîne dans les tribunaux.

A ces difficultés, le représentant des travailleurs, Moussa Cissoko d'ajouter l'aboutissement et la mise en œuvre de l'accord d'établissement.

L'une des alternatives pour le LCV est la mise en application d'un plan stratégique de développement dont il s'est doté pour une durée de cinq ans.

Mais le hic est que ni la structure, ni l'Etat du Mali n'est en mesure aujourd'hui de débloquer les 17 milliards de FCFA nécessaire pour la mise en œuvre de ce précieux document.

Ce qui est évident avec cet investissement, le LCV va contribuer davantage au développement de l'élevage au Mali et sera au rendez-vous du progrès et de la modernité. Il sera ainsi outillé pour satisfaire les besoins en vaccins pour le cheptel de nombreux pays de l'Afrique de l'ouest.

Aux dires du Directeur général du LCV, cette année, la structure va s'appesantir sur la mobilisation des ressources relatives à ce plan et compte organiser une table ronde des bailleurs de fonds.

Il faut souligner que le LCV, qui a été construit en 1972, est le fruit de la coopération entre le Mali et les Etats Unis pour satisfaire aux besoins en vaccins vétérinaires.

Pour cela, il a pour mission de contribuer à la prévention et l'éradication des maladies animales par le diagnostic et la recherche appliquée, assurer le dépistage des maladies transmissibles à l'homme et l'analyse microbiologique des aliments, eaux et boissons, assurer la protection sanitaire du cheptel contre les maladies infectieuses etc.

Mali

Présidentielle - Après sa défaite, Cissé dénonce un «bourrage des urnes»

Première prise de parole, vendredi 17 août 2018 à Bamako, de Soumaïla Cissé, depuis la… Plus »

Copyright © 2018 Le journal de l'économie Malienne. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.