Burkina Faso: Moustiques OGM - La stratégie de Target malaria pour venir à bout du paludisme

En s'assurant que l'objectif sera atteint, le gouvernement, en collaboration avec plusieurs intervenants, a lancé hier un programme de distribution de moustiquaires imprégnées aux femmes et aux nourrissons.

Mettre au point une nouvelle technologie génétique de lutte anti vectorielle contre les moustiques anophèles, c'est l'ambition du projet Target malaria. Target malaria à l'instar de l'Ouganda et du Mali travaille depuis 2012 dans le Sud-ouest du Burkina Faso sous l'égide de l'institut de recherche en sciences de la santé (IRSS) à modifier les moustiques vecteurs de paludisme afin de réduire la transmission de la maladie.

Selon le Docteur Abdoulaye Diabaté, coordonnateur du projet, cette nouvelle stratégie contribuera à réduire le fardeau du paludisme en Afrique. A l'écouter, cette technique de lutte vise en effet à compléter les stratégies de lutte mises en place dans les programmes nationaux de contrôle du paludisme.

A entendre le coordonnateur du projet, Target malaria ambitionne également de ce fait de réduire la population de moustiques vecteurs du paludisme par le biais d'une modification génétique du moustique et réduire ainsi la transmission du paludisme.

«Il y a les cas de dengue qui ont été signalés l'an passé et l'an surpassé donc, cette méthodologie que nous sommes en train de développer à terme permettra non seulement de pouvoir s'attaquer au paludisme et sur le long terme également la même technologie pourra être utilisée pour nous attaquer aux autres maladies comme la dengue, la philario lymphatique et le zika qui est annoncé» a expliqué Dr Diabaté.

Sur 672 espèces de moustiques présentes en Afrique, Target malaria a fait le choix d'appesantir ses recherches sur trois espèces majeures qui transmettent le paludisme.

Il s'agit de l'Anophèle gambiae, l'Anophèle coluzzii et l'Anophèle arabiensis. «Notre technique ciblera uniquement ces moustiques responsables de la transmission du paludisme»

Présentement, les équipes de Target malaria mènent des études en milieu confiné au laboratoire sur les caractéristiques et les comportements des moustiques anophèles génétiquement modifiés dont les mâles sont fonctionnellement stériles et auto-limitatifs.

Selon les chercheurs de l'Institut de recherche en sciences de la santé (IRSS), leur stérilité est induite par une modification génétique ne pouvant être transmise à la génération suivante puisqu'ils sont stériles.

Target malaria rassure que tout ce travail s'inscrit dans les normes standards internationales. Le projet travaille autours de trois piliers: l'engagement des parties prenantes, la règlementation et la recherche scientifique.

Sur ce dernier volet, le directeur de l'IRSS, Dr Sylvin Ouédraogo, a fait savoir que ce sont des gens aguerris qui pilotent ce projet. «Ce sont 20 chercheurs titulaires de rang A au sein de la maison et ce sont des gens suffisamment aguerris à ces démarches-là.

La chance qu'on a en plus ce ne sont pas des technologies qu'on vient nous donner. Ce sont des transferts des faits afin que nos plateaux puissent produire certains produits durable avec nos hommes» a-t-il indiqué.

Les recherches ne sont qu'à la première phase et sont placées sous le contrôle de l'agence nationale de biosécurité. C'est cette structure qui pourra, à l'issue de la recherche et ce après avoir pesé le pour et le contre, dire si la technologie est utilisable au Burkina Faso.

La Coalition pour la Protection du Patrimoine génétique africain (Copagen) au cours d'un point de presse tenu le jeudi 5 avril dernier avait manifesté des inquiétudes sur ledit projet car elle estime que toutes les garanties sécuritaires n'étaient pas réunies.

Par conséquent, elle avait exhorte l'agence nationale de biosécurité « à surseoir à l'examen de la demande d'autorisation du lâcher des moustiques mâles stériles, en attendant que des réponses définitives et rassurantes soient apportées à toutes les interrogations ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.