24 Avril 2018

Nigeria: Diplomatie - L'ambassade du Nigeria à Kinshasa récupère sa résidence à Gombe

La propriété querellée avait été, selon des sources proches de la représentation nigériane en République démocratique du Congo(RDC), libérée dans la nuit du 22 au 23 avril suite à l'intervention du ministre congolais en charge des Affaires étrangères.

La famille du consul nigérian en RDC avait été victime, rappelons-le, d'un déguerpissement par les éléments de la Police nationale congolaise (PNC), en présence du bourgmestre de la Gombe, Dolly Makambo, selon la Fondation Bill-Clinton pour la paix (FBCP) qui donnait l'information dans un communiqué de presse du 16 avril. Une action qui avait été menée sans qu'il y ait au départ un dossier judiciaire ouvert ni un jugement qui pouvait la permettre. Dans son communiqué, la FBCP avait déploré « la manière brutale en violation de l'Accord de Vienne », dont la PNC avait fait déployer ses éléments pour accomplir cette mission.

En délogeant cette famille de la chargée d'affaires du Nigeria, les policiers commis à cette tâche ont endommagé certains biens. Ils ont enlevé le drapeau du Nigeria qui flottait dans la parcelle et ont repeint la parcelle. « Certains biens de valeur du consul ont été abimés à cause de la pluie et les enfants, traumatisés et menacés par les policiers, sont sortis de la parcelle pieds nus », avait déploré l'association de défense des droits de l'homme. Des éléments de la PNC et d'autres personnes ayant investi les lieux avaient, à leur départ, emporté quelques biens decette famille dont les habits, chaussures, cravates, etc.

Les biens du Nigeria ne sont pas à aliéner

La République fédérale du Nigeria, a-t-on appris, possède plusieurs propriétés à Kinshasa, dans la commune de la Gombe. Mais, face à la situation qui vient de se produire, sa représentation en RDC a été dans l'obligation de signaler toutes ces propriétés, en prévenant l'opinion que toutes ses parcelles situées dans la commune de la Gombe n'étaient ni à louer ni à vendre. Celui qui serait abusé en les achetant ne s'en prendra qu'à lui-même. Il s'agit notamment des parcelles situées aux numéros 112 et 141 du Boulevard du 30-juin, celle du numéro 41 de l'avenue de la Justice, celles situées au 23/A, 23/B ainsi que 38/40 de l'avenue Lemera, ex-avenue 3Z, et au numéro 39 de l'avenue Pumbu.

Selon les enquêtes qu'elle a dit avoir menées en rapport avec la parcelle de l'avenue Lemera, la FBCP a noté que cette propriété querellée était vendue à l'ambassade du Nigeria, il y a plus de vingt ans, par feu Cléopas Kamitatu. La représentation disposerait du certificat d'enregistrement et elle aurait obtenu un avis du ministère des Affaires étrangères, confirmant que cette parcelle lui appartenait bel et bien. C'est cet avis qui aurait conduit à la mainlevée sur cette parcelle.

Dans son communiqué relayé par Le Courrier de Kinshasa dans son édition du18 avril dernier, la FBCP demandait aux autorités compétentes de la RDC de mener une enquête sérieuse sur cette affaire qui risquait d'entamer les relations diplomatiques avec le Nigeria. L'ONG qui attendait également des autorités congolaises la traduction en justice des auteurs de ces actes, avait, en outre, sollicité que la famille du diplomate nigérian rentre dans ses droits sans retarder. C'est chose faite aujourd'hui même si les auteurs de ce déguerpissement courent encore.

Nigeria

La RDC refuse Thabo Mbeki comme émissaire spécial de l'Afrique du Sud

Pretoria avait choisi l'ex-chef d'Etat Thabo Mbeki comme envoyé spécial du pays pour la région des… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.