22 Avril 2018

Afrique: Réunion du Groupe consultatif africain - Déclaration du président du groupe des gouverneurs africains et de la directrice générale du FMI

document

Le gouverneur Tarek Amer, président du groupe des gouverneurs africains, et Mme Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), ont coprésidé aujourd'hui la réunion du groupe consultatif africain qui s'est tenue au siège du FMI. Après cette réunion, ils ont publié la déclaration suivante.

« Nous avons eu des entretiens très productifs sur l'évolution et les perspectives économiques de l'Afrique. La croissance est repartie à la hausse en 2017 et cette reprise devrait se poursuivre en 2018. Toutefois, le taux de croissance par tête reste trop faible et les perspectives présentent d'importants risques à la baisse, dont un brusque durcissement des conditions financières mondiales, un ralentissement plus fort que prévu de la croissance dans les pays avancés et les pays émergents clés, l'aggravation des tensions commerciales et la persistance des problèmes de sécurité.

« Dans ce contexte, nous sommes convenus que la réduction des vulnérabilités macroéconomiques et la promotion de l'investissement privé sont indispensables à la mise en place des fondements pour transformer la reprise actuelle en une période de croissance soutenue et pour accélérer la réalisation des objectifs de développement durable. Plus particulièrement, compte tenu de la montée rapide de l'endettement dans de nombreux pays, il convient de poursuivre les efforts de mobilisation des recettes afin de maîtriser les vulnérabilités liées à la dette tout en dégageant des marges pour les dépenses en développement qui s'imposent.

Par ailleurs, la croissance durable et la création d'emplois nécessitent de fortifier l'investissement privé. Nous sommes convenus que le développement des systèmes financiers et la promotion des investissements directs étrangers faciliteraient l'accès du secteur privé au crédit. Le renforcement de l'intégration régionale présente un potentiel immense. Enfin, d'autres initiatives, telles que des partenariats public privé et des zones économiques spéciales, pourraient servir de moteur pour les transformations structurelles, mais la prudence s'impose pour maîtriser les risques budgétaires correspondants.»

Le gouverneur Tarek Amer a ajouté ceci : « Nous sommes convenus de la nécessité d'accélérer les réformes structurelles et de faciliter l'accès aux capitaux afin de relever le niveau d'investissement et les taux de croissance à moyen terme, ce qui contribuera à la création d'emplois. Par ses conseils, le FMI peut, le cas échéant, aider les pays à élaborer et mener des mesures d'assainissement des finances publiques porteuses de croissance, qui remédient aux vulnérabilités liées à la dette, propres à chaque pays, tout en préservant les investissements indispensables dans les infrastructures, le capital humain et les autres domaines prioritaires.

Dans ce contexte, les pays ont besoin de marges pour assurer un filet de protection sociale adéquat et parer aux menaces pesant sur leur sécurité, en vue de maintenir la cohésion sociale. Le FMI peut soutenir les efforts visant à donner la priorité aux réformes structurelles, fort des enseignements tirés des réussites enregistrées en matière de diversification, d'amélioration de la compétitivité et de lutte contre la corruption, dont la limitation des flux financiers illicites. Nous appelons le FMI à continuer de mettre ses activités de conseil et de renforcement des capacités au service des initiatives régionales et internationales visant à stimuler l'investissement privé et le commerce extérieur ainsi qu'à améliorer la gestion de la dette, et d'aider les pays à tirer parti des possibilités offertes par la numérisation.»

Mme Lagarde a déclaré que « le FMI continuera de travailler étroitement avec les pays membres africains. Il continuera d'appuyer les efforts déployés par les autorités pour relever les défis macroéconomiques et structurels d'aujourd'hui, ainsi que pour assurer une croissance plus vigoureuse, durable et inclusive. »

Afrique

En Afrique de l'Ouest et centrale, la fête de la Tabaski marquée par la crise

Beaucoup de pays d'Afrique de l'Ouest ou d'Afrique centrale célèbrent, ce mardi 21 août, la… Plus »

Copyright © 2018 International Monetary Fund. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.