25 Avril 2018

Tunisie: Talent et ambition - Duo gagnant

Le plus important, c'est que Salah, qui n'a pas de registre technique hors pair, a une très forte personnalité et beaucoup d'ambition sportive.

C'est ce qui a fait la différence pour lui en premier lieu. La technique, les qualités athlétiques, d'autres joueurs africains et arabes en avaient et en ont, mais ils n'ont jamais pu percer et réussir en Europe, parce qu'ils n'avaient pas la patience et l'ambition sportive face aux épreuves. Les joueurs africains qui ont réussi et qui nous ont charmés auparavant comme Weah (un grand joueur), Drogba, Eto'o ou Madger (qui a réussi dans des temps durs où les joueurs africains et arabes étaient victimes du racisme et il en sait quelque chose quand il était tout proche de rallier l'Inter en 1988), ont été des gladiateurs pour résister au stress du foot du haut niveau. Un football fait de beaucoup de souffrance et de patience, alimentées par une énorme ambition sportive et nullement financière.

M'sakni, un talent gaspillé

Salah qui se trouve sur le piédestal du football mondial ne va pas s'en arrêter là. Il sait à quoi s'en tenir à ce niveau. Il n'a pas fait son parcours sur la base des gains financiers, mais sur la base d'objectifs sportifs. Il n'avait pas raisonné avec son cœur, la preuve c'est qu'il a quitté la Fiorentina alors qu'il était l'aimé de toute la belle cité toscane. Il a aussi atteint ses objectifs à Rome pour débarquer à Liverpool et réussir. Dans l'autre côté, un joueur comme Youssef M'sakni qui ne manque pas de talent et qui a un don appréciable n'a pas réussi à le valoriser. Il pouvait techniquement parlant atteindre des sommets comme Salah et les autres joueurs africains et arabes, mais il a très mal géré sa carrière.

Il a tout fait pour ne pas réussir en Europe en se contentant de jouer dans un championnat de seconde zone et où il a gagné beaucoup d'argent, mais perdu des années-lumière par rapport aux autres parce qu'il a raisonné uniquement argent. Lui, comme Ben Youssef, Sassi, Dhaouadi, Abdennour et d'autres joueurs tunisiens partis du championnat local, ont été peu patients, fragiles et n'ont pas accepté la compétition et l'effort pour revenir vite au championnat local ou pour évoluer dans ces championnats du Golfe où il n'y a que l'argent. Youssef M'skani peut se mordre les doigts de ne pas avoir joué en France ou sur un autre championnat européen. Lui, comme les autres joueurs tunisiens, et de l'avis des entraîneurs européens, sont «gâtés» et n'aiment pas s'entraîner tôt. Ils sont nostalgiques de leurs pays, s'effondrent au moindre pépin, au moindre problème. Alors que Salah, Mehrez, Benatia, Mané, Coulibaly, Asamoah, Aurier, Touré ont pu évoluer au football de haut niveau et réussir, nos «stars» ont réussi pécuniairemlent (et c'est leur droit), mais jamais sportivement. Ils ont manqué d'ambitions sportives. Ils le regretteront toute leur vie !

Tunisie

Ligue des champions - Al Ahly surprend l'Espérance et prend la première place

C'est bon pour Al Ahly ! Opposé vendredi à l'Espérance de Tunis à l'occasion de la… Plus »

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.