26 Avril 2018

Congo-Kinshasa: L'état de santé d'un des militants Filimbi détenu s'est dégradé

En RDC, arrêtés depuis la fin décembre, 5 activistes du mouvement Filimbi sont toujours détenus à Kinshasa par l'Agence nationale de renseignement. Carbone Beni, Grâce Tshionza, Cédric Kalonji, Mino Momponi et Palmer Kabeya n'ont toujours pas eu accès à un avocat et ne savent pas ce qu'on leur reproche officiellement.

Certains des militants détenus peuvent recevoir la visite de membres de leur famille ou de proches. C'est le cas de Carbone Beni dont l'état de santé s'est considérablement dégradé, comme l'explique son frère Arciel Beni qui a pu le voir cette semaine.

« Il est vraiment souffrant, il est malade. Il avait aussi subi dans les jours passés quelques tortures et il en souffre d'ailleurs : maux de ventre, il a mal aux côtes, il a mal aux genoux. Son genou qui a des problèmes, des douleurs atroces des coups qu'il a subis. La dernière fois qu'on l'a vu, il n'arrivait même pas à se tenir debout, même pas pendant deux minutes. Il était tout le temps fatigué, assis. On a vu quelques responsables du bureau de détention là où il se trouve et on leur a demandé à ce qu'il puisse un peu être cléments envers nous, qu'ils puissent le transférer quelque part, là où il pourra subir des soins médicaux. Et ils nous ont affirmé que dans les jours à venir, je crois d'ici demain, qu'ils vont faire un effort pour qu'il soit transféré, qu'on puisse voir ensemble de près son état de santé », raconte-t-il.

Et dans ce dossier, l'Association congolaise d'accès à la justice et la Voix des sans voix, les organisations de la société civile, appellent à la libération de Carbone Beni et des 4 autres militants. Elles déplorent par ailleurs la répression de la marche de la Lutte pour le changement (Lucha) à Beni au lendemain du meeting de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS).

Mais ces organisations, qui participaient à la commission mixte d'enquête sur la répression des marches des laïcs chrétiens, ont toutefois décidé de reprendre leur participation à ses travaux. Dans une lettre conjointe, elles justifient cette décision auprès de la ministre de la Justice en évoquant un début de mise en œuvre des recommandations avec la tenue justement du meeting de l'UDPS et de la prise en charge des blessés.

Congo-Kinshasa

Kindu, Lubumbashi, Kalemie - La campagne de Fayulu émaillée d'incidents

Depuis trois jours, les rassemblements de l'opposant Martin Fayulu sont perturbés. Ce mercredi matin de nouvelles… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.