Libye: Le pays veut récupérer l'argent prêté par Kadhafi aux pays africains

Photo: RFI
Le Premier ministre du gouvernement libyen d'union nationale Fayez al-Sarraj,

Le chef du gouvernement d'union nationale reconnu par la communauté internationale, Fayez al-Sarraj, veut renflouer les caisses libyennes. La Libye est dans un chaos politique et des pans de l'économie, notamment à cause de la division du pays, s'effondrent. Sur notre antenne, le ministre libyen des Affaires étrangères l'a confirmé ce mercredi 2 mai : des procédures sont engagées en direction de plusieurs pays africains pour récupérer l'argent prêté par le colonel Kadhafi. Ces sommes sont considérables.

Soixante-sept milliards de dollars. C'est le montant, rendu public par Fayez el-Sarraj, des prêts octroyés et des prises de participation dans des sociétés en Afrique et dans le monde arabe. La grande partie de cette somme a été prêtée aux pays africains, parmi lesquels l'Afrique du Sud, la Tanzanie, la Zambie, la Côte d'Ivoire, le Niger ou l'Ouganda.

Mais côté africain, depuis 2011, des sociétés à participation libyenne ont été soit liquidées soit nationalisées. Plusieurs procédures judiciaires sont cependant engagées pour le retour de tout ou partie de ces fonds dans les caisses de la Banque centrale, restée loyale à Sarraj.

Dans cette procédure, Tripoli s'appuie sur des documents qui proviennent de plusieurs banques libyennes. Celles qu'on appelle les archives du colonel Kadhafi n'ont pas toutes brûlé. Mohamed Taher Siala, le ministre libyen des Affaires étrangères, affirme sur RFI ce mercredi 2 mai : « C'est de l'argent public. Le remboursement peut être échelonné, les intérêts revus. »

Comment vont réagir les nombreuses capitales africaines concernées ? Un président aujourd'hui est-il responsable de l'endettement réalisé dans les années 1990 et début 2000 ? Autre question : qui dit que cet argent récupéré par Tripoli ne tombera pas entre les mains des milices ?

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.