2 Mai 2018

Rwanda: Génocide Rwandais - Le procès en appel en France de deux maires pose question

Photo: Premium Times
Symbole de Loi et de Justice

En France, deux anciens bourgmestres rwandais, condamnés en 2016 à la prison à vie pour leur participation au génocide des Tutsis, sont de retour ce mercredi 2 mai devant les assises de Paris. L'accusation situe Octavien Ngenzi et Tito Barahira au cœur de la machine génocidaire, mais les deux responsables de commune ont toujours nié leur implication dans les massacres de 1994.

Leur condamnation à perpétuité était la peine la plus lourde jamais prononcée à Paris dans le dossier Rwandais. Arrêtés en France, Octavien Ngenzi et Tito Barahira y sont jugés en vertu de la compétence universelle des juridictions nationales pour les crimes les plus graves. Mais pour la défense, ces condamnations à la prison à vie interrogent. Pour Fabrice Epstein, l'avocat d'Octavien Ngenzi, le verdict en première instance se trompe en mettant les deux accusés dans le même sac.

« Aucune différence n'avait été faite entre Ngenzi et Barahira. Or, il ressortait de l'audience que les deux avaient des excuses très, très différentes. Et ensuite, à la lecture de l'arrêt, ce qui m'est apparu comme extrêmement choquant, c'est le fait qu'il n'était pas du tout circonstancié, qu'on avait l'impression que ce sont des déclarations d'ordre très général, qui avaient condamné l'un et l'autre. Ce qui est certain, c'est qu'il est extrêmement dur pour des jurés de pouvoir évaluer correctement les témoignages, qui sont en grande partie des témoignages effectués par des gens qui viennent du Rwanda, qui subissent une pression et qui sont devant les juridictions françaises pour condamner. »

Deux mois pour juger ces autorités de Kabarondo, où plus de 2 000 Tutsis ont été massacrés en un jour

Pour l'avocat, un nouveau procès doit avoir lieu, notamment dans une ambiance plus apaisée et qui donne la parole aux accusés.

Qu'on oublie les querelles entre la France et le Rwanda, qu'on oublie les dispositions politiques et qu'on se concentre sur des faits comme dans toute cour d'assises. [... ] Beaucoup de témoignages étaient des témoignages sous la contrainte, étaient extirpés.

Deux mois d'audience doivent permettre de comprendre quel fut le rôle exact des deux bourgmestres de Kabarondo, où en avril 1994 plus de 2 000 Tutsis furent massacrés en un seul jour dans l'église de ce petit village rwandais.

En savoir plus

Génocide rwandais - quatre nouveaux charniers découverts

Vingt-quatre ans après le génocide au Rwanda (1994), on découvre encore des charniers. Jeudi 26… Plus »

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.