4 Mai 2018

Mali: Ouverture de la session de la Cour d'Assises de Bamako - Le crime de sang domine

La session de la Cour d'assises examinera 82 dossiers inscrits au rôle. Elle se penchera sur le sort de 145 accusés dont 85 détenus provisoires et des cas de prises de corps.

Il y aura des débats contradictoires sur 3 cas de meurtres, 3 infanticides, 6 cas de coups mortels. Sans oublier les cas de vol qualifié ou à main armée, des infractions portant sur le bien et des atteintes à l'intégrité physique. Des infractions sur les mœurs, cas de pédophilie au nombre de 8, 5 viols et 1 cas d'attenta à la pudeur.

La traite de personne, trafic international de stupéfiants, les infractions relatives aux faux et usage de faux au nombre de 4 seront aussi jugés par la souveraine Cour d'assises. Un progrès du pôle attaché aux actes de terrorisme au Mali se fait remarqué, par la présence lors de cette session de 8 affaires concernant le terrorisme.

Les débats se passeront de façon publique et contradictoire pendant 4 semaines à partir de cette semaine. Les accusés passeront à la barre, avec l'appui du service d'avocats, privés ou commis d'offices.

Les 6 accesseurs et les magistrats tenteront de répondre aux questions de la chambre d'accusation concernant chaque accusé du cas d'infractions dans quelle il est impliqué. Apres les débats, ils seront soit condamnés ou acquittés par la souveraine Cour des infractions criminelles.

Mali

Ibrahim Boubacar Keita réélu président

Au Mali, le président sortant Ibrahim Boubacar Keïta («IBK») remporte le second tour de la… Plus »

Copyright © 2018 Les Echos. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.