7 Mai 2018

Burundi: BBC et VOA sanctionnées pour manquement à la loi

Photo: The East African
Un studio radio

Le Conseil national de la communication (CNC) a décidé de suspendre, pour six mois, la diffusion dans le pays des deux stations, et pour trois mois, la publication de la rubrique « Annonces et publicités » du journal officiel « Le Renouveau ».

Les radios internationales "British broadcasting corporation" (BBC) de Londres et "Voix de l'Amérique" (VOA), « sont suspendues de diffusion sur le territoire national du Burundi, pendant six mois à partir du 7 mai 2018, pour raison de manquements à la loi régissant la presse et à la déontologie professionnelle », a affirmé Karenga Ramadhan, président du CNC.

Plus précisément, a-t-il ajouté dans un point de presse, la BBC est sanctionnée pour avoir fait fi à la note de mise en garde lui envoyée, en date du 16 mars 2018, pour qu'elle prenne toujours en compte les principes d'équilibre de l'information et de la vérification rigoureuse des sources chaque fois que ses journalistes traitent les informations sensibles sur le Burundi.

La goutte qui a fait déborder le vase est un article diffusé par le service « BBC Afrique », le 12 mars dernier qui, selon le CNC, portait préjudice à la cohésion nationale. Le CNC accuse la BBC d'avoir récidivé, en date du 24 avril, dans l'émission « L'invité de la semaine » au cours de laquelle, selon le CNC, « le présentateur n'a pas pu ramener à l'ordre un ressortissant burundais dans la logique et du sens du sujet traité ».

« Les propos de cet intervenant ont été jugés déplacés, exagérés, non vérifiés, diffamatoires, portant même atteinte à la réputation du chef de l'Etat », incitant « à la haine ethnique, au conflit politique et à la désobéissance civile », a ajouté Karenga Ramadhan qui dit avoir réagi après une plainte déposée sur son bureau, par le gouvernement du Burundi.

En ce qui concerne la VOA, le régulateur national des médias au Burundi l'accuse d'avoir violé les dispositions de la loi sur la presse, en continuant de diffuser une partie de ses émissions, utilisant une application de diffusion en ligne d'une radio dont la fréquence avait été retirée par le CNC, en septembre 2017.

En plus, poursuit le CNC, la VOA a diffusé, dans ses éditions des 4,5, 17 et 26 avril , « des informations jugées comme très tendancieuses et contraires aux règles de la profession, portant préjudice, d'un côté, aux relations du Burundi avec les Nations unies, et poussant, de l'autre côté, à la haine politique, au déséquilibre de l'information et au manque de vérification rigoureuse des sources ».

La rubrique "Annonces et publicités" du journal officiel « Le Renouveau » a, quant à elle, été suspendue pour trois mois, suite à la publication en d'autres langues que le français, conformément à sa déclaration de publication du 15 janvier 2004, selon le CNC. Cet organe de régulation a également mis en garde deux stations de radios locales, "Isanganiro" et "CCIB-FM", pour n'avoir pas respecté leurs cahiers de charges signés avec le CNC, et la "Radio France internationale".

Celle-ci est accusée d'avoir diffusé deux fois respectivement, en mars et en avril derniers, des informations sur le référendum constitutionnel au Burundi affirmant, selon le CNC, « que le décret fixant le calendrier de la campagne pour le référendum constitutionnel du 17 mai 2018 contenait une disposition selon laquelle toute personne qui aura exprimé le vote négatif est passible de harcèlement, de poursuites et d'emprisonnements ».

Ces informations ont été jugées par le CNC de tendancieuses et mensongères.

En savoir plus

La BBC et La Voix de l'Amérique en langue locale suspendues

Au Burundi, alors que la campagne pour le référendum a été officiellement lancée sans… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.