Burkina Faso: Sécurisation du SIAO 2018 - Les autorités rassurent

Photo: Rfi
SIAO à Ouagadougou

Dans le cadre de la promotion internationale du SIAO, le ministre du Commerce, de l'Industrie et de l'Artisanat, Harouna Kaboré et le directeur général du Salon, Dramane Tou, ont animé une conférence de presse, le lundi 7 mars 2018 à Paris. Etat de l'organisation, innovation, modalités de participation... ont meublé les échanges.

La sécurisation du Salon international de l'artisanat de Ouagadougou (SIAO) et des participants a été l'un des points-phares du face à face entre le ministre burkinabè du Commerce de l'Industrie et de l'Artisanat, Harouna Kaboré, le directeur général du SIAO, Dramane Tou, et la presse française, le lundi 7 mai 2018,à l'ambassade du Burkina Faso à Paris, sis, 159, avenue Hausman.

Au cours de la conférence de presse, sur l'organisation et le contenu du SIAO 2018, il a rassuré les journalistes, exposants et autres participants sur les dispositions prises pour leur quiétude et pour le bon déroulement de la 15e édition qui se tiendra du 26 octobre au 4 novembre 2018 à Ouagadougou, au Burkina Faso.

L'ambassadeur du Burkina Faso à Paris, Alain Francis Gustave Ilboudo, a pris part à cette conférence de presse. Pour le diplomate,il est du devoir du pays organisateur, d'assurer la sécurité de l'événement. Et, selon ses dires, toutes les dispositions sont en train d'être prises à cet effet.

Sur ce plan d'ailleurs, le Burkina Faso a toujours relevé le défi, selon les animateurs de la conférence. Ils en veulent pour preuve, l'organisation réussie du FESPACO en 2017 et de AFRIALLIA cette année.

Le ministre en charge du commerce, Harouna Kaboré a informé, qu'en plus du dispositif sécuritaire qui encadre la capitale, une structure peut au besoin, en demander davantage sur des endroits ciblés.

L'obstruction des voies dans les pavillons, la présence de commerçants ambulants, constituent selon certains, une source d'insécurité, et il a été demandé au SIAO de corriger «ce désordre».

En réponse,le DG du SIAO, Dramane Tou, a soutenu que ce sont les acteurs eux-mêmes qui sont à la base de ce «désordre», et que ce sont les mêmes qui organisent également la vente à la criée sur l'air d'exposition.

Pour cette édition, a-t-il dit, «une lutte farouche sera menée contre ces pratiques». Toutefois, il a invité les organisations d'artisans, à participer à la sensibilisation des exposants.

A combien s'élève le budget du SIAO 2018 ? Quelle stratégie de communication a été élaborée en direction de la diaspora africaine ?

Pourquoi la presse panafricaine n'est-elle pas présente sur le visuel du SIAO 2018 ? Quel traitement sera réservé aux acheteurs professionnels et aux hommes de médias ? Quelle faveur pour les organisations de la société civile ?

Autant de questions qui ont interpellé les responsables du SIAO pendant plus d'une heure d'horloge. M. Tou a expliqué aux journalistes de la presse panafricaine, que le SIAO est ouvert aux partenariats, mais privilégie ceux qui s'installent dans la durée, et aussi, traite avec les organes qui portent son image et sa vision sur plusieurs portes d'Afrique

«La communication est permanente, et se fera via les rencontres comme celles de ce matin, le site web, les réseaux sociaux,... », a promis le ministre.

Un soutien constant

470 acheteurs ont répondu à l'édition 2016, et pour 2018, dont le budget est estimé à 700 millions de F CFA, le DG, Dramane Tou a insisté sur les actions majeures en faveur des professionnels, à savoir, une porte d'entrée spéciale, des facilités d'accréditation, d'accueil, d'hébergement, l'édition d'un catalogue.

Ils bénéficieront en outre d'accompagnement pour les rendez-vous d'affaires, le portage des marchandises et les opérations de transit et d'interprétation. Pour les médias, il sera mis à leur disposition un centre de presse avec Internet et wifi.

A la société civile, il est possible de concéder gracieusement un stand, dans le cadre d'un partenariat, si l'action de la structure est profitable aux artisans, a dit le ministre Kaboré. Cependant, les billets et le séjour sont à leur charge.

En terme de bilan, M. Tou a signifié que le SIAO a aidé certains artisans à ne plus participer au salon. Car, ayant grandi, et débordé de commandes.

En 30 ans, 15 éditions, avec le soutien constant de l'UEMOA, de l'Union africaine, de la CEDEAO, de l'UNESCO, de l'Organisation internationale de la Francophonie, le SIAO a prouvé son importance et demeure selon M. Tou, le plus grand salon au monde dédié à l'artisanat.

Cette conférence de presse, la 2e après celle de Bruxelles rentre dans le cadre de la promotion internationale du SIAO, qui se tient dans la capitale burkinabè sur le thème : «artisanat africain exigences du marché et développement technologique», avec Madagascar comme pays invité d'honneur.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.