8 Mai 2018

Burkina Faso: Procès putsch manqué - Retour à la barre ce matin

Après un peu plus d'un mois de suspension, le procès du putsch manqué du 16 septembre 2015 reprend du service ce mercredi 9 mai 2018 à la salle des Banquets de Ouaga 2000.

Le 31 mars dernier, après la lecture de l'arrêt de renvoi, le président de la Chambre de première instance du tribunal militaire de Ouagadougou, Seydou Ouédraogo, avait prononcé la suspension du procès sur le putsch manqué jusqu'au mercredi 9 mai 2018 à 9h.

Cette suspension était plus que nécessaire au regard de la vague de déports des avocats de la défense les 30 et 31 mars. Et comme nous sommes en matière criminelle, la loi dispose que l'accusé doit être obligatoirement assisté d'un conseil.

C'est la raison de cette suspension d'audience afin que les diligences nécessaires soient faites pour la commission d'office de nouveaux avocats auprès des accusés. Le bâtonnier, maître Mamadou Savadogo, a été saisi de cela et il a fait le nécessaire dans un arrêté datant du 11 avril 2018 et portant commission d'avocats d'office au profit d'accusés dans le dossier du putsch manqué.

Le bâtonnier a ainsi désigné 6 avocats à raison de deux accusés par avocat. Cette décision a été notifiée aux avocats commis d'office à toutes fins utiles avec ampliation au président de la Chambre de première instance du tribunal militaire de Ouagadougou.

Ceux-ci ont pu prendre connaissance du volumineux dossier de 15 000 pages, et on imagine qu'ils se sont aussitôt mis à l'éplucher afin de ne pas faire de la simple figuration à la reprise de l'audience ce matin.

Cette reprise d'audience sera-t-elle la bonne ? Voilà une question qui ne manque pas d'intérêt quand on sait que depuis le 27 février de nombreux obstacles ont jalonné ce procès qui peine à entrer dans le vif du sujet, c'est-à-dire le débat de fond, l'instruction à la barre proprement dite.

On ne sait pas quel autre argument juridique imparable les avocats de la défense sortiront de leur chapeau avec pour conséquence l'enrayement une fois encore de la machine judiciaire. On devrait en avoir une idée précise ce jour même dans la salle des Banquets.

Burkina Faso

Décès de Kofi Annan - «Une grande perte pour le Ghana, l'Afrique et le monde», selon Roch Marc Christian Kaboré

Pour le président du Faso, cette disparition de M. Annan est « une grande perte pour le Ghana, l'Afrique et… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.