12 Mai 2018

Sénégal: Résorption de la dette publique - Le FMI rassure

Une croissance économique vigoureuse, une inflation faible avec des engagements de la part des autorités à réduire le déficit budgétaire à 3,5% du Pib et une gestion pondérée de la dette publique : telles sont les observations de l'équipe des services du Fonds monétaire international (Fmi) qui a séjourné à Dakar du 26 avril au 11 mai courant.

Face à la presse hier, vendredi, Michel Lazare, chef de l'équipe des services du Fonds monétaire international (Fmi) dans le cadre de la sixième revue de l'accord avec le Fmi au titre de l'Instrument de soutien à la politique économique (Ispe) a fait le point de la mission effectuée à Dakar du 26 avril au 11 mai 2018.

Au titre de la dette publique, il a laissé entendre que le Sénégal continue de gérer sa dette prudemment, notamment en mettant de côté le sur-financement de 1,8% du Pib à l'occasion de l'émission récente d'un Eurobond de 2,2 milliards de dollars pour financer le budget 2019 et pour racheter des emprunts extérieurs à coût élevés.

Des évolutions récentes ont contribué à une amélioration de certains indicateurs d'endettement, à savoir une baisse sensible de la trajectoire du ratio dette/Pib en raison de la modification de l'année récente du Pib, ce qui devrait ramener la dette de l'administration centrale à moins de 50% du Pib en fin 2017 et un lissage notable du service de la dette, après le rachat de 40% de la dette de l'Eurobond 2011 au moyen du produit de l'Eurobond 2018», fait remarquer l'équipe du Fmi.

CROISSANCE ECONOMIQUE

S'agissant de la croissance économique, le Fmi indique que celle-ci reste vigoureuse, tandis que l'inflation demeure faible. La croissance est estimée à 7,2% en 2017 et l'inflation n'a atteint que 1,3%.

Du fait de la modification de l'année de référence, le Pib a été révisé à la hausse mais le courant de la balance des paiements a toutefois augmenté, en raison de la hausse des prix mondiaux des produits de base, y compris de l'énergie, et de la hausse de la demande pour les importations.

Cependant, il est à noter que la mise en œuvre du programme Ispe a rencontré des difficultés en 2017 dans le contexte d'une hausse soutenue des prix mondiaux du pétrole alors que les prix intérieurs de l'énergie sont restés stables.

Si l'objectif fixé pour le déficit budgétaire en fin 2017 a été atteint, une mobilisation insuffisante des recettes à conduit à la réduction des dépenses publiques et aux retards dans les paiements à la compagnie publique d'électricité et au secteur privé. L'objectif relatif au financement net global de l'administration centrale n'a pas, quant à lui, été respecté.

Trois des cinq repères structurels ont été atteints. Pour ce qui des deux autres repères structurels, les autorités ont accompli des avancées significatives...

Sénégal

Décès de Kofi Annan - Le continent perd un illustre fils, le monde perd une boussole

Dans un monde où certains ont déclaré «la guerre à la paix» selon… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.