12 Mai 2018

Ile Maurice: Réseaux spéciaux - Une femme recrute des prostituées sur Facebook

Elle avait posté une annonce sur Facebook disant qu'elle recrutait des réceptionnistes pour une guest house. Cette femme demandait que les intéressées prennent contact avec elle pour des entretiens via Facebook. C'était en fait pour s'adonner à la... Prostitution.

La police n'est pas au courant de ce fait et un préposé des Casernes centrales demande à celles qui sont tombées dans le panneau de porter plainte afin qu'une enquête soit initiée.

Jeudi, l'internaute publie une offre d'emploi sur Facebook. Elle demande des réceptionnistes pour une pension de famille avec un salaire «très intéressant». Elles sont plusieurs à être intéressées par cette offre d'emploi. Et demandent plus d'informations.

Parmi elles, se trouve une habitante des Plaines-Wilhems âgée d'une trentaine d'années. Celle-ci contacte alors via message privé la recruteuse. Cette dernière lui répond aussitôt.

«Je voulais savoir si elle acceptait aussi des employés à temps partiel et elle m'a dit que oui. Là, j'ai commencé à entamer la discussion avec elle, lui demandant plus d'info sur l'emploi», relate la trentenaire.

«Elle m'a proposé de travailler trois heures par jour contre un paiement de Rs 1 500 par heure. J'ai cru mal comprendre et je lui ai demandé si c'était Rs 1 500 mensuellement et elle m'a fait comprendre que c'était effectivement par heure», confie la jeune femme. Trouvant cela bizarre, elle lui demande plus de renseignements sur le travail de réceptionniste et sur le lieu exact où se trouve le guest house.

L'internaute lui annonce qu'elle devra s'occuper des clients et qu'elle se trouve à Port-Louis et à Curepipe. «Elle m'a dit que je pouvais venir à l'heure que je souhaite et que les clients me paieront Rs 1 500 par heure pour que je reste avec eux. C'est au fil des discussions qu'elle m'apprend que je devrais les satisfaire sexuellement.»

L'habitante des Plaines-Wilhems constate par la suite qu'elle n'est pas la seule à avoir mordu à l'hameçon. Plusieurs internautes commencent à faire passer le message et l'une d'entre elles affirme qu'elle s'est même rendue sur place à la guest house.

«Elle m'a donné rendez-vous pour un entretien sans aucun détail sur le travail. Quand je me suis rendue sur place, à la gare du Nord, comme elle m'a expliqué, j'ai constaté qu'en fait c'était un bordel et quand je me suis renseignée, j'ai appris qu'il ne recrutait point de réceptionniste mais des travailleuses du sexe.

C'était à prendre ou à laisser. Il n'y avait aucune femme qui répondait au nom de l'auteur de l'annonce», explique une femme que l'express a contactée via Facebook. Cette dernière pense qu'il s'agit d'une personne qui se cache derrière un faux profil.

«Il faut que la police agisse dans ce genre de cas car les personnes qui sont dans le besoin peuvent vite tomber dans ce panneau», poursuit-elle. Nous avons pris contact avec l'auteur de l'annonce pour avoir sa version. Elle n'a pas daigné nous répondre avant d'enlever l'annonce et de supprimer son compte Facebook, après quelques heures.

Ile Maurice

À Mare-Sèche - La police embarque des... vaches

Drôle de scène hier, lundi 24 septembre, à Mare-Sèche, Grand-Baie. Suivant des plaintes de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.