13 Mai 2018

Afrique: Mise en œuvre et réalisation du potentiel de la Zlec - Vera Songwe appelle à la prise de mesures audacieuses

La Conférence des ministres de la Commission économique pour l'Afrique (Cea) de l'Onu qui se réunit à Addis-Abeba (Éthiopie) a insisté sur la possibilité que la Zone de libre-échange continentale africaine (Afcfta) devienne un outil puissant pour stimuler l'industrialisation, la diversification économique et le développement.

Cet événement sur 4 jours (11-15 mai) a pour but de faire progresser cette initiative ambitieuse visant à former un marché commun régional qui, selon la Cea, pourrait faire passer le commerce intra-africain de 16 % à 52 % d'ici à 2022.

Au cours de cette rencontre Vera Songwe, secrétaire exécutive de la Cea a déclaré que, pour concrétiser l'ambition de l'Afcfta et atteindre ses objectifs de développement, le continent devait prendre des « mesures audacieuses » sur plusieurs fronts.

« Nous devons exploiter la dynamique qui existe aujourd'hui, afin de mettre en œuvre l'accord et de réaliser son potentiel de manière à ce qu'il profite à l'Africain moyen », a-t-elle affirmé lors de la 51e séance de la Conférence des ministres.

Selon un communiqué reçu à notre rédaction, la secrétaire exécutive a également précisé que l'action la plus importante et la plus urgente consistait à créer « l'espace fiscal » permettant de favoriser les investissements publics et privés, tout en assurant une diversification économique, en vue de créer des emplois.

Mme Songwe a également fait part de ses inquiétudes sur le fait que l'Afcfta pourrait causer des pertes de recettes douanières conduisant à des 'trous' dans les budgets nationaux.

Mais les répercussions de l'Afcfta sur les taxes appliquées aux biens importés et exportés, seront « faibles et progressives », selon la secrétaire exécutive qui a expliqué : « Les revenus supplémentaires liés à la croissance générée par l'Afcfta pourraient l'emporter sur les pertes de recettes douanières ». Elle n'a pas manqué d'exhorter les gouvernements

africains à revoir de manière plus large les politiques macroéconomiques, en particulier, les mesures fiscales, afin de s'assurer qu'elles permettent de tirer le meilleur profit de l'Afcfta.

« Nous devons accroître les recettes fiscales, améliorer l'efficacité de la gestion des dépenses publiques, lutter contre les flux financiers illicites et développer les financements privés pour les projets publics », a ajouté Vera Songwe.

Afrique

En Afrique de l'Ouest et centrale, la fête de la Tabaski marquée par la crise

Beaucoup de pays d'Afrique de l'Ouest ou d'Afrique centrale célèbrent, ce mardi 21 août, la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le journal de l'économie Malienne. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.