14 Mai 2018

Guinée: Appel à une journée ville morte à Conakry

Photo: un.org
Alpha Condé, Président de la Guinée

« Restez chez vous », c'est l'appel lancé par l'opposition en Guinée ce lundi pour les habitants de Conakry et des environs. L'opposition veut dénoncer la mauvaise volonté, selon elle, des autorités pour régler le contentieux électoral, celui sur les élections locales du 4 février. Selon l'opposition, il y a eu fraude. Elle conteste les résultats officiels qui donnent le parti au pouvoir vainqueur. Elle a donc annoncé une reprise des manifestations.

Comme d'habitude, ce sont les quartiers et localités majoritairement favorables à l'opposition qui répondent à l'appel d'une ville morte ou d'un pays mort. C'est le cas ce lundi des communes de Matoto et de Ratoma, les plus grosses agglomérations de la capitale qui ont répondu à l'appel des opposants.

Boutiques et autres commerces sont fermés, la circulation est au ralenti en ces endroits provoquant d'énormes embouteillages sur la corniche du Nord, la seule opérationnelle. Une situation qui inquiète les commerçants. « Je suis ici pour défendre mon magasin parce que le plus souvent, quand il y a des manifestations, les forces de l'ordre et les bandits profitent pour casser les commerces », témoigne un commerçant.

Un autre habitant lui suit les recommandations de l'opposition : « Moi, je respecte le mot d'ordre ville morte de l'opposition, parce que je suis tout à fait d'accord avec les opposants. Le gouvernement ne veut pas que ce pays avance. Sinon il ne peut pas tricher même aux élections locales. Le gouvernement et la Commission électorale n'ont pas proclamé les résultats de vote pour que la paix revienne ».

Les grands marchés de Conakry, poumons économiques de la capitale, ont également tourné au ralenti et la circulation est quasi inexistante sur la principale artère de Le Prince qui mène des périphéries vers le centre-ville. « Nous sommes tous d'accord pour la ville morte. Le gouvernement ne respecte pas les accords. Mais fermer les marchés et barrer les routes n'est pas une bonne chose », nuance une fonctionnaire.

De l'autre côté, au centre administratif et des affaires, même si ce n'est pas l'engouement ordinaire, l'administration a néanmoins fonctionné, les écoles, les banques et stations-service ont aussi ouvert.

En savoir plus

Damaro Camara - "Cellou a un agenda, c'est d'empêcher Alpha Condé de gouverner"

Le retrait de l'opposition républicaine du comité de suivi des accords politiques du 12 octobre et… Plus »

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.