14 Mai 2018

Angola: Le pays finance des mémoriaux à Cassinga et à Tchetequela

Lubango — Plus de trois millions de dollars américains seront utilisés par le gouvernement angolais, au cours des 12 prochains mois, pour construire deux mémoriaux, l'un à Cassinga à Huíla et l'autre à Tchetequela à Cunene.

Les monuments seront destinés à rendre hommage aux réfugiés namibiens et aux citoyens angolais tués dans ces lieux par l'armée de l'ancien régime de ségrégation raciale sud-africain en 1978.

Les accords de consignation et de financement ont été signés dimanche dans la localité de Cassinga, commune de Tchamutete, municiplaité de Jamba, à 315 kilomètres de Lubango (Angola), entre les gouvernements angolais et namibien.

Les travaux des monuments commémoratifs seront exécutés par une société namibienne, dont le nom n'a pas encore été révélé.

S'adressant à la presse, après la signature de l'accord, le ministre angolais de la Défense, Salviano Sequeira, a déclaré que les accords paraphés et les financements assumés prouvent l'engagement des dirigeants des deux pays, face à la volonté des peuples.

Il a souligné que les circonstances politiques, les caractéristiques des peuples, les influences historiques et les héritages pour les générations présentes et futures faisaient partie de l'existence des deux peuples en tant que nations sœurs.

A son tour, le ministre namibien de la Protection et de la Sécurité, Charles Namolo, a déclaré que le peuple namibien continuerait à rendre hommage aux frères angolais qui, de leur vivant, s'étaient battus pour l'indépendance du pays voisin le 21 mars 1991.

Il a appelé les deux peuples à poursuivre ensemble la reconstruction de leurs pays.

Charles Namolo a dit qu'en commémorant la 40ème année du massacre de Cassinga, on rendait aussi un hommage aux Angolais et aux Cubains tombés dans les deux endroits (Cassinga et à Tchetequela).

Des réfugiés de 14 provinces namibiennes étaient arrivés à Cassinga en mars 1976 à la suite du conflit armé qui sévissait en Namibie, mené par le chef des forces militaires sud-africaines.

Abrités en territoire angolais, les réfugiés ont été persécutés et assassinés le 4 mai 1978 par les forces militaires sud-africaines, dont les résultats indiquent que plus de 600 personnes, dont des civils et des soldats, ont été enterrées dans deux fossés.

Angola

La paix est le principal défi de la SADC

Le Chef de l'Etat Sud-Africain, Cyril Ramaphosa, qualifié la paix et la sécurité vendredi, à… Plus »

Copyright © 2018 Angola Press Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.