14 Mai 2018

Afrique: Les Etats invités à renoncer à une partie de leur souveraineté pour la ZLECA

Les Etats africains vont renoncer à une partie de leur souveraineté en signant la Zone de libre-échange continentale africaine (Zleca). Le constat est fait par le président du Niger, Mahamadou Issoufou, chargé de piloter le processus de négociation de la ZLECA. Il l'a fait savoir lors de l'ouverture officielle, ce lundi 14 mai à Addis Abeba, de la 51ème session des Ministres africains des Finances, de la Planification et du développement économique de la Commission économique pour l'Afrique (Cea).

La Zone de libre-échange continentale africaine (Zleca) va régler un problème essentiel qui a toujours constitué un blocage dans les échanges entre pays africains notamment la souveraineté nationale que les dirigeants africains gardent jalousement.

Le président du Niger, Mouhamadou Issoufou avise qu'en signant cet accord et ses protocoles, les Etats renoncent implicitement à une partie de leur souveraineté nationale.

Il l'a fait savoir dans une vidéo diffusée lors de l'ouverture officielle des travaux de la 51ème session des Ministres africains des Finances, de la Planification et du développement économique de la Commission économique pour l'Afrique (Cea).

La précision du président nigérien est de taille à partir du moment où la ZLECA est un engagement de l'ensemble des Etats membres de l'Union africaine pour créer un grand marché africain et permettre la libre circulation des biens, des services et des personnes sur le continent avec une suppression totale de toutes les barrières tarifaires.

Chargé de conduire le processus de négociation de la ZLECA, M. Issoufou juge nécessaire cet engagement en se demandant ainsi ce que représente la perte de la souveraineté nationale devant la perspective heureuse d'un bénéficie global de la création d'une Afrique intégrée, prospère et paisible sur la conduite de ses propres citoyens et représentant une force dynamique dans le système international tel qu'il est envisagé dans l'agenda 2063 de l'Union africaine

Pour lui, l'Afrique est un continent trop balkanisé sur près de 84 mille kilomètres de frontières avec des obstacles tarifaires et non tarifaires qui limitent les échanges entre les Etats du continent.

Afrique

En Afrique de l'Ouest et centrale, la fête de la Tabaski marquée par la crise

Beaucoup de pays d'Afrique de l'Ouest ou d'Afrique centrale célèbrent, ce mardi 21 août, la… Plus »

Copyright © 2018 Le journal de l'économie Malienne. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.