14 Mai 2018

Afrique: Congrès des verts africains

La Fédération des verts africains tient son 4e congrès du 10 au 12 mai 2018 à Ouagadougou sous le thème « Politique verte pour une Afrique durable». Venus de 25 pays d'Afrique, les écologistes entendent travailler à une prise de conscience pour sauver la nature du précipice.

Les partis écologiques africains veulent sauver le continent noir des effets néfastes du changement climatique. C'est dans cette optique que la Fédération des verts africains (FeVA) tient son 4e congrès du 10 au 12 mai 2018 à Ouagadougou sous le thème « Politique verte pour une Afrique durable ».

Pour le président du Rassemblement des écologistes du Burkina Faso (RDEBF), Adama Séré, hôte du congrès, il est urgent de sauver la planète-terre en général et l'Afrique en particulier des affres du changement climatique.

Pour lui, face à tous les phénomènes qui impactent l'environnement, l'écologie apparaît comme une solution transversale disponible. C'est pourquoi, il a salué la mobilisation des écologistes venus de l'Afrique et même de la Suède en vue de fédérer les énergies pour le rayonnement et l'enracinement de l'écologie en Afrique et dans le monde.

A entendre le secrétaire général de la Fédération des verts africains, Papa Meissa Dieng, être écologiste aujourd'hui n'est qu'une question de bon sens. «L'écologie est avant tout une question de relations entre des hommes et des femmes dans une production face à la nature. Il est important de s'interroger sur les rapports entre les êtres humains et la façon dont ils modifient la nature», a-t-il indiqué.

A l'entendre, jamais la civilisation humaine n'aura été autant savante que maintenant et les frontières de l'inconnu dans tous les domaines ont été repoussées. Pourtant, a-t-il déploré, tous les signaux sont au rouge parce que les hommes détruisent leur environnement chaque jour que Dieu fait. Il a ajouté que la civilisation humaine dans son apogée contemporaine menace l'équilibre climatique.

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgent de l'essentiel. Une civilisation qui fait cumuler la connaissance et le savoir mais dans le même temps, reste incapable de réorienter son développement pour éviter que le crash total ne soit encore sur le bon chemin.

Le temps est à la révolution des mentalités et de l'action politique pour sauver l'écosystème », a affirmé le secrétaire général de la fédération. C'est là, a-t-il mentionné que l'action des partis écologistes de tous les pays doit intervenir pour sauver l'homme et la nature du précipice.

C'est pourquoi le vice-président des Verts mondiaux, Ram Ouédraogo, a exhorté les participants à travailler à la consolidation et au renforcement de la collaboration de tous les Verts du monde en tant que famille politique dans le long terme.

Pour le président de la Fédération des verts africains, le Rwandais Franck Habineza, il sera question pendant ce congrès, au-delà du thème qui sera traité, d'amender les textes de la fédération et de renouveler les instances.

Il a remercié le Burkina Faso d'avoir accepté accueillir le siège de la fédération à Ouagadougou. La cérémonie d'ouverture a connu la présence du Chef de file de l'opposition politique, Zéphirin Diabré, d'un représentant de l'Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP) et des présidents d'autres partis politiques venus soutenir les écologistes.

Burkina Faso

Tour du Faso - Le parcours de l'édition 2018 dévoilé

Les organisateurs du Tour international cycliste du Faso (2.2 à l'UCI) ont rencontré la presse jeudi pour… Plus »

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.