14 Mai 2018

Burkina Faso: Niangoloko - Des koglwéogo déclarés persona non grata

Le 13 mai 2018, la ville de Niangoloko a failli basculer dans un affrontement entre la population, très remontée, et une délégation d'hommes arborant des tenues de Koglweogo. Venue pour l'installation de leur cellule à Niangoloko, elle a été contrainte de rebrousser chemin fort heureusement sans incidents. Mais depuis, la population exige des autorités l'expulsion des tuteurs des Koglweogo résidant à Niangoloko.

C'est le dimanche 13 mai dans la matinée que, selon nos sources, une délégation d'hommes en tenue de Koglweogo venus de Manga a été aperçue dans la ville de Niangoloko à bord d'un minicar.

Ayant sentie très vite une hostilité grandissante, cette délégation qui a dit être venue installer officiellement la cellule Koglweogo de Niangoloko, a du se retirer de la ville heureusement sans incident. Mais dans la cité de Santa, cela n'a pas suffi à faire baisser la fièvre anti-Koglweogo :

en effet, des jeunes qui projetaient de marcher le 14 mai 2018 ont été reçus par le préfet de la ville après une rencontre préalable avec la chefferie coutumière de Niangoloko. Selon nos sources, ces jeunes exigeaient le départ immédiat des tuteurs des Koglweogo de Niangoloko. Le préfet a tenté de raisonner les manifestants, très déterminés.

En fait, selon nos sources, c'est une cellule dormante de Koglweogo que cette délégation était venue réveiller. Elle existerait depuis environ 3 mois déjà et la délégation de Manga était venue l'installer officiellement. Des approches déguisées en ce sens auraient été entreprises auprès de la chefferie coutumière de Niangoloko il y a quelques mois sans évidemment mentionner la mise en place des Koglweogo.

Toujours selon nos sources, cette chefferie aurait été plutôt approchée pour l'arriver d'un gris-gris. Dans le doute, la chefferie ne se serait pas prononcée soupçonnant quelque chose.

Mais les tuteurs auraient assuré ceux de Manga qu'ils avaient l'accord et qu'ils pouvaient venir, d'où le déplacement à Niangoloko. C'est ce qu'aurait expliqué le chef de la délégation venue de Manga qui, ayant constaté l'hostilité, se serait sagement retiré avec sa délégation.

La population exige l'expulsion de 5 responsables de cette tentative d'installation à Niangoloko. Devant leur détermination, le préfet a dû se retirer aux environs de 11h, et les concertations se poursuivaient entre anti-Koglweogo à Niangoloko.

Burkina Faso

Décès de Kofi Annan - «Une grande perte pour le Ghana, l'Afrique et le monde», selon Roch Marc Christian Kaboré

Pour le président du Faso, cette disparition de M. Annan est « une grande perte pour le Ghana, l'Afrique et… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.