15 Mai 2018

Cameroun: Habitat - Chasse à l'humidité

Le fléau, accentué à Douala où la nappe phréatique est proche, pourrait être éradiqué grâce à un procédé d'assèchement des murs.

En se rendant il y a quelques jours au Gicam, Philippe-Auguste N., habitant du quartier Logbessou a en tête les désagréments que cause l'humidité à son domicile. Un bel appartement pourtant, dans un camp qui en compte six.

Seulement, un mur voisin érigé trop haut à l'arrière et un autre ensemble d'habitations construit à l'avant sèvrent une bonne partie de la demeure des rayons du soleil. Résultat, des vêtements qui deviennent immettables après quelques jours dans le dressing, et des murs qui se défraîchissent régulièrement...

Au Gicam, Philippe-Auguste et de nombreuses autres personnes sont venus découvrir un procédé censé résoudre ce problème d'humidité. De fait, une technique consistant à assécher les murs au moyen d'un appareillage présenté par Félix Libock, un compatriote de la diaspora rentré au pays pour monter l'initiative.

« En saison de pluies, le taux d'humidité peut atteindre les 98% à Douala, ville qui a en plus la particularité d'avoir la nappe phréatique très proche de la surface », a confié M. Libock à CT, en marge de la présentation du procédé, avec l'inventeur duquel il s'est mis en relation.

L'objectif est, pour l'essentiel, d'améliorer le confort thermique dans les habitations. Mais aussi de régler, dans la foulée, nombre de problèmes liés à l'humidité : « Ils sont d'abord d'ordre esthétique, avec les moisissures sur les murs, des dégradations de peinture », explique M. Libock, qui a gardé le pire pour la fin : « Des problèmes de santé, avec des maladies de la peau et des maladies pulmonaires, entre autres ».

CT apprendra également à l'occasion de cette cérémonie que la principale source d'humidité dans la ville de Douala, que ladite humidité affecte des domiciles ou des bureaux - bref, des lieux de vie , provient « de la nappe phréatique, qu'on ne peut pas déplacer ».

Le procédé consiste donc, après avoir identifié les sources d'humidité qui peuvent exister dans un lieu, à y poser un boîtier. « Il ne consomme pas d'électricité, et après six à huit mois, on en arrive à un assèchement naturel des murs », déclare M. Libock.

Cameroun

4ème Forum annuel de l'entrepreneuriat de la Fondation Tony Elumelu annoncé pour le 25 octobre 2018

Le plus grand rassemblement d'entrepreneurs de tout l'écosystème entrepreneurial réunira plus de 5… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.