15 Mai 2018

Sénégal: Formation en négociation collective - Plaidoyer pour l'amélioration de la situation des musiciens

Les membres de l'Association des métiers de la musique au Sénégal (Ams) étaient en conclave hier, pour échanger et faire le suivi sur le processus de la négociation collective dans les métiers de la musique. Des initiatives pour la structuration du secteur et l'amélioration de la situation précaire des musiciens.

Après l'atelier de formation en techniques de négociation collective, l'Association des métiers de la musique du Sénégal (Ams) a ouvert, hier, une autre rencontre de cinq jours sur le suivi de cette négociation collective et sur la problématique d'égalité de genre au niveau du secteur de la musique. Selon le président de l'Ams, Daniel Gomes, c'est dans une logique de structuration du secteur de la musique et surtout d'amélioration de la situation précaire des musiciens qu'ils ont pris l'initiative d'organiser cet atelier en partenariat avec la Fédération internationale des musiciens (Fim) pour le suivi sur la négociation collective. A l'en croire, le premier atelier a permis de dresser une feuille de route, des résolutions ont été également prises.

« Aujourd'hui, ce sont ces résultats que nous allons prendre en compte pour faire le suivi sur cette négociation collective qui, certes, va prendre beaucoup de temps. Car elle requiert beaucoup d'autres négociations et de prise en charge des personnes de tous les secteurs », a-t-il dit. La rencontre a été également une occasion d'aborder la question genre dans le secteur de la musique pour permettre à ces femmes battantes et laissés en arrière-plan d'avoir les mêmes chances et de bénéficier du même traitement que les artistes masculins.

Présidant l'ouverture de cet atelier, le ministre de la Culture, Abdoul Latif Coulibaly, a salué cette initiative de l'Ams d'ouvrir cette rencontre d'échanges avec ses membres pour vérifier et suivre le processus sur la négociation collective. « Cette initiative est d'autant plus heureuse pour nous qu'elle participe à une action de modernisation et de professionnalisation du travail des musiciens », a-t-il indiqué. D'après Abdoul Latif Coulibaly, la filière musicale connaît d'importantes faiblesses relatives à la négociation de contrat individuellement, à l'absence totale de contrats pour tous les travailleurs et dans certains cas, ils ne sont même pas écrits. A l'en croire, l'absence totale de négociation collective a conduit à une paupérisation des musiciens qui, divisés, se voient imposer unilatéralement des tarifs de rémunération de plus en plus bas. D'où l'intérêt de l'obtention d'une convention collective.

A son avis, la négociation collective va aboutir nécessairement à la Convention collective qui a besoin, pour s'appliquer, d'un décret d'application du président de la République. « Je peux vous assurer que notre disposition à le faire est totale. Ce n'est que dans cette perspective que nous pourrons améliorer la filière musicale qui dispose énormément de talents », a rassuré le ministre de la Culture.

Sénégal

Décès de Kofi Annan, ancien SG de l'ONU (médias)

Le ghanéen, Kofi Annan, ancien secrétaire général de l'Organisation des Nations-Unies (ONU),… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.