16 Mai 2018

Ile Maurice: Destitution comme commissaire de police - Raj Dayal obtient Rs 15M de l'État

Il réclamait Rs 1 milliard à l'État pour sa destitution comme commissaire de police (CP), en janvier 2000. L'ex-ministre de l'Environnement et actuel député du MSM, Raj Dayal, peut s'estimer heureux : le CP et l'État viennent de lui accorder des indemnités de l'ordre de Rs 15 millions.

Dans une plainte déposée en octobre 2011, il réclamait Rs 1 140 000 000 pour licenciement injustifié, arrestation illégale, confiscation de ses biens personnels, entre autres.

L'accord a été paraphé en mars dernier, devant le juge Bobby Madhub, siégeant à la Mediation Court. C'est à la suite d'un commun accord entre le représentant de l'État et le sien que Raj Dayal a accepté cette somme.

Dans un premier temps, l'État lui avait offert des dommages de Rs 5 millions, mais il avait refusé. Par la suite, des négociations ont eu lieu entre les parties concernées et l'ancien CP a accepté la proposition gouvernementale. L'express n'a pas été en mesure de vérifier si cette somme a déjà été décaissée en faveur du député du MSM.

Allégations de corruption

Raj Dayal avait été nommé commissaire de police le 1er septembre 1994, sous le gouvernement de sir Anerood Jugnauth. Il a été suspendu de ses fonctions le 23 novembre 1997, suivant une commission d'enquête instituée par l'ancien président de la République, Cassam Uteem, en octobre 1997.

Présidé par le Senior Puisne Judge d'alors, Bernard Sik Yuen, la commission devait enquêter sur les allégations de corruption entachant la force policière.

Raj Dayal refusant de démissionner, c'est finalement un conseil constitutionnel, présidé par l'ancien chef juge Rajsoomer Lallah, qui le destituera de sa fonction de CP, en janvier 2000.

Dans sa plainte, en 2011, Raj Dayal affirme que les autorités ne lui ont pas donné le temps de ramasser ses effets personnels, à son bureau au quartier général de la police, aux Casernes centrales. Il indique n'avoir pas été autorisé à pénétrer dans son bureau, même avant sa suspension.

L'ex-CP avait soutenu que, par la suite, un inventaire de ses effets personnels a été fait en son absence. Jugeant sa suspension illégale, Raj Dayal avait estimé avoir subi de graves préjudices. D'où sa réclamation de plus d'un milliard de roupies.

Ile Maurice

Hôtel Le Suffren - Un diplomate indien dépouillé de Rs 68 000 en devises

Voilà une affaire qui embarrasse fortement les autorités mauriciennes. Alors qu'il se trouve à… Plus »

Copyright © 2018 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.