15 Mai 2018

Burkina Faso: Emprunt obligataire - L'Etat émet 75 milliards FCFA sur le marché

L'Etat burkinabè a émis des titres sur le marché. Il a procédé au lancement d'un emprunt obligataire d'un montant de 75 milliards FCFA, le mardi 15 mai 2018 à Ouagadougou. L'objectif est de mobiliser des ressources complémentaires au profit du budget de l'Etat pour le financement du Plan national de développement économique et social (PNDS).

Le temps presse alors que l'Etat a un besoin urgent de liquidité pour financer le développement du Burkina Faso. Fort de ce constat, le gouvernement s'est résolu à émettre sur le marché un emprunt obligataire d'un montant de 75 milliards FCFA sur une durée de 7 ans avec un différé de deux ans.

Les souscripteurs sont rémunérés à un taux d'intérêt net de 6,5%. L'opération dont le lancement a eu lieu, le mardi 15 mai 2018, à Ouagadougou suscite beaucoup d'espoir de la part des autorités. Il a pour objectif de mobiliser des ressources complémentaires pour aider le gouvernement à financer des projets structurants du Plan national de développement économique et social (PNDS).

Selon le directeur général du Trésor et de la comptabilité publique, Nabi Abraham Ouattara, l'initiative vise à accompagner le gouvernement à l'atteinte de ses objectifs.

Pour M. Ouattara, la souscription est ouverte à tout citoyen qui le désire. A partir de 10 000 FCA seulement, a-t-il souligné, l'on peut souscrire sans problème. Il a rappelé que le Burkina Faso a une expérience avérée en matière d'intervention sur le marché, eu égard aux résultats probants engrangés lors des précédentes opérations.

Souscriptions attendues jusqu'au 31 mai

Et la dernière émission réalisée avec brio est celle de 2017 qui a permis d'engranger 122 milliards FCFA au lieu de 75 milliards FCFA comme prévu. Opération, a-t-il dit, conduite avec succès par Coris Bourse.

Aussi, a-t-il estimé, le Burkina Faso honore toujours ses engagements. Des efforts reconnus et salués, selon lui, par les partenaires au développement. En sus, il s'est réjoui du ratio de la viabilité de la dette et s'est voulu plus rassurant. A l'entendre, le Burkina Faso évalue régulièrement ses ratios de viabilité de sa dette et respecte les normes.

De bons signaux se sont dégagés à la dernière évaluation, a-t-il précisé. Après la réussite de l'opération écoulée, en 2017, Coris Bourse a eu la confiance renouvelée de l'Etat burkinabè pour conduire celle de 2018. Le directeur général de Coris Bourse, Yacouba Saré, a indiqué que c'est une relation de confiance qui lie sa structure à l'Etat. Les caractéristiques et avantages de cet emprunt obligataire ont été dévoilés à l'assistance.

Pour Nabi Abraham Ouattara, la valeur nominale unitaire est de 10 000 FCFA avec environ 7 500 000 obligations en jeu. Les souscriptions ont déjà commencé ce jour-même 15 mai et se poursuivront jusqu'au 31 mai 2018. A en croire le directeur général du Trésor, une clôture par anticipation n'est pas à exclure.

Comme avantages, on a ? entre autres, les exonérations fiscales, une admission de titres au financement de la BCEAO. Le remboursement du capital se fera tous les 6 mois et l'émission bénéficie de la garantie souveraine de l'Etat burkinabè. A terme, le cumul des intérêts s'élèvera à environ 25 milliards de FCFA.

C'est pourquoi M. Ouattara a exhorté les uns et les autres à souscrire massivement, afin de tirer profit de cette opération. Il a du même coup remercié les responsables de Coris Bourse qui n'ont ménagé aucun effort pour assurer une réussite de l'opération. Séance tenante, des fiches de souscription ont été attribuées aux participants.

Burkina Faso

Tour du Faso - Le parcours de l'édition 2018 dévoilé

Les organisateurs du Tour international cycliste du Faso (2.2 à l'UCI) ont rencontré la presse jeudi pour… Plus »

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.