16 Mai 2018

Centrafrique: Journée de violences meurtrières à Bambari

Photo: Photo ONU/Eskinder Debebe
Une patrouille de militaires et de policiers dans le quartier de PK5 à Bangui, en République centrafricaine.

Bambari a connu une journée de violences mardi 15 mai après l'entrée dans la ville de nombreux éléments armés. Trois ONG ont été pillées et au moins six personnes ont été tuées. Ces nouvelles tensions font craindre pour la sécurité des habitants, alors que les groupes armés en sont partis il y a 15 mois.

Mardi en fin de matinée, de nombreux éléments lourdement armés assimilés à l'UPC d'Ali Darass sont entrés dans Bambari, ce que le porte-parole du groupe armé dément. Là, ils ont attaqué puis occupé le commissariat de police avant de se rendre à la gendarmerie. Un gendarme a été tué lors de cette opération, indique le porte-parole du gouvernement, avant que la gendarmerie ne soit reprise.

Jusqu'en fin d'après-midi, les tirs étaient permanents dans la ville et des centaines de personnes ont fui ces combats pour se réfugier de l'autre côté de la Ouaka, qui sépare la ville en deux. Durant ces troubles, des pillards, ne faisant pas partie de l'UPC, ont saccagé trois ONG ainsi qu'un entrepôt, confiait une source humanitaire.

Dans la soirée, c'était la crainte qui régnait en ville, le groupe armé ayant quadrillé de nombreux quartiers. Au moins sept blessés sont arrivés à l'hôpital géré par MSF, qui demande par ailleurs aux communautés de respecter la neutralité de ce lieu. Si une partie de Bambari semble être aux mains de l'UPC, qui avait quitté de son gré la ville en février 2017, la Minusca affirme que la situation est sous contrôle.

Centrafrique

Lancement du programme de désarmement DDR à Paoua, dans le nord-ouest

Après plusieurs reports, la République centrafricaine lance ce 17 décembre dans le nord-ouest du… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.