16 Mai 2018

Cameroun: La paix, notre première richesse

Au moment de célébrer le 46e anniversaire de l'Etat unitaire, les Camerounais sont, une fois de plus invités à préserver le précieux héritage.

Le thème de la 46e fête nationale ne pouvait pas mieux tomber. « Citoyens camerounais, restons unis dans la diversité et préservons la paix sociale pour un Cameroun stable, indivisible et prospère ».

C'est un véritable cri de ralliement lancé à l'endroit des fils et filles de ce pays, au moment où ils s'apprêtent à célébrer leur unité si chèrement acquise. Un appel clair, à maintenir bien au chaud ce trésor qu'est le premier élément de la devise du pays.

Cette paix sans laquelle, tout projet sérieux de développement et d'épanouissement est voué à l'échec. Les mots sont plutôt bien choisis pour exprimer une vérité qui pourrait échapper à certains dans le contexte tumultueux que vit le pays.

Pour rester stable et uni, pour continuer sereinement sa marche ambitieuse vers la prospérité, la paix est bel et bien un impératif. C'est à cette prise de conscience que sont invités les Camerounais des dix régions et de la diaspora à l'occasion de l'édition 2018 de la fête nationale. Ce n'est pas souvent que ce pilier de la République du Cameroun aura subi autant d'assauts au cours de la longue marche à travers l'histoire.

Dès le milieu de cette décennie 2010, la paix, qui avait jusque-là fait du pays, une exception au milieu d'un continent souvent tourmenté, est régulièrement mise à mal depuis que l'instabilité s'est installée en République soeur de Centrafrique ; depuis que la secte terroriste Boko Haram a entrepris de prendre racine dans la zone du lac Tchad ; et depuis que certains compatriotes nourrissent des desseins sécessionnistes pour les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

A la veille de ce 20 mai 2018, voilà trois menaces sérieuses qui continuent de mettre à l'épreuve le désir ardent des Camerounais de vivre en harmonie. Ces menaces sont évidemment prises très au sérieux et traitées comme tel par les pouvoirs publics, le président de la République en tête. Paul Biya, défenseur de la paix mondialement reconnu, a déjà fait ses preuves en la matière.

Et le choix du thème de la 46e fête de l'Unité n'est que la continuité d'un discours et d'une action constants, bâtis autour de cet idéal qu'est la paix. Le chef de l'Etat est en effet bien placé pour savoir que la paix, chérie et défendue par la majorité des Camerounais, est une condition sine qua non du développement, autre aspiration légitime de tout peuple.

Et c'est là que résonnent encore les paroles du numéro un camerounais à la tribune de la 72e Assemblée générale des Nations unies. Dans une formule devenue célèbre, Paul Biya déclarait : « Aujourd'hui, nous sommes tous, je dirais mendiants de la paix ». Allusion faite à ces menaces qui hypothèquent aujourd'hui la survie de l'humanité : terrorisme, conflits, changements climatiques, pauvreté.

La paix sociale évoquée dans le thème de la fête nationale cette année, est donc à la fois, cette absence de conflits, série d'efforts fournis pour assurer la sécurité des personnes et des biens, instaurer la cohabitation pacifique, le dialogue permanent au sein du corps social...

Mais aussi la mise en place des conditions nécessaires à l'épanouissement des populations à travers l'amélioration des conditions de vie. C'est bien cette vision qui transparaît du discours, du programme et de l'action du président de la République. Il l'a plusieurs fois démontré aux yeux de la planète : c'est un homme de paix, qui s'efforce de rechercher en permanence, la concertation dans la quête de solutions aux problèmes qui se posent dans la marche de la République.

L'affaire Bakassi, véritable cas d'école, la tripartite au plus fort des années dites de braise, et toutes les plateformes de dialogue mises en place à chaque fois que la paix sociale et la stabilité du Cameroun ont été secouées, sont de ces actions d'éclat qui ont contribué à faire du Cameroun, une exception enviée.

L'Etat camerounais, et son chef en premier, ont toujours su prendre leurs responsabilités pour garantir un climat de paix, propice à la marche harmonieuse de la République.

Les citoyens qui, eux aussi, ont souvent su emboîter le pas aux pouvoirs publics, sont donc invités, à travers le thème de ce 20 mai 2018 à rester soudés autour de l'idéal de paix. Car l'urgence et l'essentiel sont bien identifiés : lutter contre la pauvreté, faire du Cameroun une Nation à l'ouvrage pour changer son destin en accédant au statut de pays émergent. La devise ne s'y trompe guère. Avec la Paix, le Travail et la Patrie.

Cameroun

La voleuse du bébé de Vanessa Tchatchou s'est évadée de la prison de Kondengui

Ce crime odieux fut révélé à l'opinion nationale et internationale, par notre organisation,… Plus »

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.