16 Mai 2018

Cameroun: Humanitaire - Françoise Etoa prête à doter la ville de Mora d'une superette solidaire, d'un centre multimédia et d'une bibliothèque

Située à 25 km seulement du Nigeria, non loin d'Amchidé l'une des base d'attaques de Boko Haram, la ville de Mora est celle qui endure le plus, les effets néfastes de la guerre contre la secte islamique.

Quoique bénéficiant de la protection d'une armée camerounaise qui affaiblit considérablement cette secte satanique, la ville de Mora en est quand même restée marquée par un tissu social et économique déstructuré, avec à la clé, des postes douaniers et des marchés transfrontaliers fermés. Toute chose qui rend alors la mairie de la ville, dépendante des recettes de péréquation, dont les centimes communaux additionnels (Cca). D'autre part, à cause des multiples déplacements internes des populations, les liens familiaux se sont désagrégés.

Il s'agit donc ici, d'un ensemble d'éléments qui ont motivé Françoise Etoa pour son projet de construction d'une superette solidaire dans la ville de Mora. L'infrastructure, affirme celle qui est aussi la présidente fondatrice de la Maison de la francophonie, sera équipée d'un centre multimédia, et d'une bibliothèque. « Le centre multimédia qui va en droite ligne avec la mouvance des Tic aujourd'hui, ouvrira la ville de Mora au monde entier, lequel comprendra alors que Mora reste debout, mais a besoin de nous tous pour se refaire sa santé. Il est aussi important qu'à travers la bibliothèque, les populations accèdent gratuitement à la lecture, et soient éduquées », a déclaré Françoise Etoa au cours de l'audience de plusieurs heures que lui a accordée Abba Boukar le maire de la ville.

La superette solidaire : Un projet humanitaire fort apprécié par le maire de Mora

Pour le maire et patriarche, le projet de construction d'une superette solidaire équipée d'un centre multimédia et d'une bibliothèque, est d'autant plus émouvant qu'il émane certes d'une Camerounaise, mais d'une fille d'Ebolowa dans la région du Sud, mais qui plus est, est établie à Paris depuis plusieurs décennies. « Je suis ravie de vous voir à Mora venir au secours de vos enfants, de vos sœurs et de vos frères d'ici, vous qui êtes une fille du Sud. Vous prouvez ainsi que nous n'avons qu'un seul Cameroun. Mora représente le paysage de tout le Cameroun », a lancé Abba Boukar. Et Françoise Etoa de dire que « Nous sommes solidaires de la guerre. C'est vrai que lorsqu'on est à Ebolowa, Yaoundé, Douala ou Paris, on voit que la guerre est très loin de nous. Or ce sont les gens de l'Extrême - Nord qui empêchent que le terrorisme de Boko Haram n'atteigne les autres régions du pays. Je suis Camerounaise, et je me sens concernée par ce que vivent mes enfants, mes frères et sœurs d'ici. Nous devons tous être solidaires de ces personnes qui souffrent des affres de la guerre ».

Mille mètres carrés pour la superette solidaire de Mora

Pour la suite de sa visite humanitaire, Françoise Etoa, sous l'égide du maire, a eu droit une visite guidée du nouveau bâtiment de la marie de Mora. Un joyau architectural en cours d'équipement, et qui à en croire Abba Boukar, serait inauguré dans les prochaines semaines, par plusieurs membres du gouvernement. Occasion a ainsi été donnée à Françoise Etoa la promotrice de la superette solidaire de Mora, de dire au premier magistrat municipal du chef-lieu du département du Mayo - Sava, qu'outre l'espace qui sera nécessaire à la culture de la pastèque, l'infrastructure, s'étalera sur 1000 m2. Et cette dernière, outre le commerce qui se fera en petites coopératives, comprendra une salle multimédia, et une bibliothèque.

C'est donc avec passion et enthousiasme, que la ville de Mora, attend la mise en œuvre de sa superette solidaire dont la présentation officielle du projet a lieu le samedi 26 mai 2018 à 14 heures à l'hôtel Hilton de Yaoundé. Il sera alors question d'une présentation en 3D de l'infrastructure, et ce devant les sponsors et partenaires financiers du projet.

Infatigable pèlerin de l'humanitaire, la Camerounaise François Etoa, présidente fondatrice de la Maison de la francophonie de Malabo, et présidente du Cercle des enfants pour la défense de la langue française, organise depuis trois ans au Hilton hôtel de Yaoundé, un événement dénommé « Un sourire pour les Enfants ». Cérémonie à l'issue de laquelle des veuves de valeureux soldats tombés contre Boko Haram, ainsi que les orphelins y relatifs, reçoivent respectivement, un appui financier pour le petit commerce, et des fournitures scolaires.

Lobbyiste de classe mondiale et au carnet d'adresses des plus étoffés qui soient, Françoise Etoa qui a déjà réalisé plusieurs œuvres caritatives dans des pays d'Afrique, dont une bibliothèque en Guinée -Conakry au pays du Fouta- Djalon, compte cette fois-ci, faire bien mieux pour son pays le Cameroun, avec cette idée inédite de superette solidaire destinée à redonner vie à une ville socialement et économiquement déstructurée par la guerre contre Boko Haram.

Cameroun

Marseille - Clinton Njie se dirige vers le Sporting Lisbonne

Auteur de 7 buts et 3 passes décisives la saison dernière avec l'Olympique de Marseille, Clinton Njie est… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.