16 Mai 2018

Cameroun: Grand banditisme - Une réponse musclée s'impose

Le gouverneur du Littoral était à Bonabéri et New Bell hier, pour sensibiliser et mettre en garde

.C'était donc une affaire de drogue, opposant des gangs, pour des questions de territoires. Seulement, ça ne s'est pas passé dans un coin mal famé de Catskill, quartier de New York où a vécu Mike Tyson, mais à Bonabéri, dans le 4e arrondissement de Douala.

Dimanche 6 mai, des jeunes partis du lieudit Grand Baobab ont organisé une expédition au quartier Bessekè. Bilan de l'affrontement, conduit à coups de machette, un mort, le jeune Martial Ewanè, et de nombreux blessés graves.

Ce clash et le climat d'insécurité induit ont amené le gouverneur du Littoral, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, à descendre hier à Bonabéri. L'autorité administrative a rencontré les populations au Samè Mbappe Hall, en présence, entre autres, du préfet du Wouri, Joseph Bertrand Mache, d'élus locaux, de chefs traditionnels et d'éducateurs.

Le sous-préfet de Douala IV, Jean-Marc Ekoa Mbarga, précisera que « ce sont des groupes de distribution et de consommation de drogue qui sont à l'origine » de la bataille rangée de dimanche surpassé. Suite à un empiètement de « territoire ». Après l'affrontement, poursuivra le sous-préfet, des dispositions ont été prises pour éviter de nouvelles répliques, sous forme de représailles.

Des ratissages ont été organisés, des interpellations effectuées. « Le calme est revenu mais la vigilance reste de mise. » Samuel Ivaha Diboua a dit sa détermination à mettre les criminels hors d'état de nuire. « Les commanditaires seront pris », a-t-il promis, soulignant que le vivre-ensemble à Bonabéri ne saurait être mis à mal par des bandes de délinquants.

Aux populations présentes, le gouverneur a réitéré l'invitation à renseigner les autorités, leur garantissant le plus total anonymat, et a aussi recommandé cette vigilance qui peut permettre de flairer une arnaque au téléphone, par exemple...

L'autorité administrative a également annoncé que les forces de sécurité et de maintien de l'ordre recevraient du renfort pour asseoir leur maîtrise de la situation. Des trafiquants de drogue, il y en a aussi dans l'arrondissement de Douala II.

Après Bonabéri, c'est à la salle des Actes de la mairie de Douala II que le gouverneur et sa suite se sont rendus. Pour y apprendre, des autorités locales, que si la situation est globalement calme depuis les mesures prises après les affrontements de Makéa il y a quelques années, des poches de trafic persistent.

Des dealers exercent à Makéa et à Congo, et les consommateurs se cachent dans les marchés, les cimetières, les maisons abandonnées, etc. Le maire, Denise Fampou a soulevé le problème des vendeurs de « médicaments » de la rue, qui écoulent du Tramol. Maintenant, la force publique peut sévir.

Cameroun

4ème Forum annuel de l'entrepreneuriat de la Fondation Tony Elumelu annoncé pour le 25 octobre 2018

Le plus grand rassemblement d'entrepreneurs de tout l'écosystème entrepreneurial réunira plus de 5… Plus »

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.