16 Mai 2018

Congo-Brazzaville: Vie associative - « Initiative le Congo que nous voulons » explique sa vision

Au cours d'un point de presse animé le 16 mai, à Brazzaville, la dynamique conduite par le député Bersol Exaucé Ngambili Ibam a poursuivi la présentation de sa vision sur l'avenir du Congo dans les domaines de l'éducation, de la santé, de l'emploi et autres.

Dès l'entame de la problématique, Bersol Exaucé Ngambili Ibam, orateur du jour, est revenu sur quelques rappels en signifiant que « Initiative le Congo que nous voulons » n'est pas un parti politique, encore moins un courant mais une initiative portée par des jeunes venus de divers horizons.

Ces derniers, selon lui, se sont mis ensemble pour décliner le futur du Congo dans des domaines variés. « Il s'agit pour nous d'apporter notre pierre à l'édifice dans la construction de notre pays, d'apporter de l'eau au moulin, de ramener le débat de fond à l'autorité publique », a-t-il indiqué, avant de rappeler que la politique doit se faire sur des idées fortes.

Leur dynamique, a-t-il poursuivi, se veut être un espace qui promeut les débats structurants sur des thématiques importantes qui touchent la vie quotidienne des Congolais.

« Nous avons lancé cette initiative le 2 mai, au ministère des Affaires étrangères, où nous avons organisé la conférence participative sur le grand thème "Le Congo que nous voulons". Les organisateurs ont travaillé durant un mois avant la conférence participative pour décliner les thématiques qui devaient être abordées et faire sortir des propositions sinon des recommandations», a-t-il expliqué.

Bersol Exaucé Ngambili Ibam a rappelé que quatre ateliers ont été mis en place. Le premier a fait l'objet des questions d'éducation et formation, le deuxième a porté sur la diversification économique de l'entrepreneuriat et l'emploi des jeunes, tandis que le troisième était axé sur l'agriculture et l'environnement et le quatrième sur les aspects généraux.

Ces ateliers, a-t-il souligné, ont regroupé plusieurs acteurs, notamment des étudiants, des chercheurs, des professeurs d'université et bien d'autres. Des débats ont eu lieu et des propositions fortes seront consignées dans un mémorandum avant d'être remis aux pouvoirs publics.

Le coordonnateur de l'initiative a également déclaré que les problèmes qui préoccupent les Congolais sont connus et les approches de solutions sont à apporter. « C'est ce que nous essayons de faire. Un pays qui se développe le fait par la réflexion. Nous allons au plus profond des problèmes, nous les structurons, nous apportons des approches de solutions et une des recommandations, adoptées le 2 mai dernier, note qu'il faut organiser, dans tous les départements du pays, une conférence participative afin de relayer tout ce qui se fait, que le débat ne se focalise pas que dans la capitale politique », a souhaité l'orateur.

La dynamique entend organiser une série de conférences dans tous les départements, en commençant par la ville de Pointe-Noire. La démarche consiste simplement à accompagner les pouvoirs publics, notamment le président de la République, dans ce qu'il fait dans sa quête de paix, de justice sociale et de développement.

Congo-Brazzaville

L'opération de désarmement dans le Pool peine à commencer

Lancé officiellement le mardi 7 août à Kinkala, la préfecture du département du Pool… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.