16 Mai 2018

Burkina Faso: Patronat burkinabè - Elie Justin Ouédraogo, seul candidat déclaré

Le Conseil national du patronat burkinabè (CNPB) a animé un point de presse, le mardi 8 mai 2018 à Ouagadougou, juste à l'issue de l'installation des membres du comité de relecture des textes. Les échanges avec les journalistes ont porté sur le processus en cours devant conduire au renouvellement des instances de la structure.

Des organisations de commerçants ont dénoncé le 18 avril 2018, le processus de renouvellement des instances du patronat et des «magouilles» qui se trament contre leur candidat Apollinaire Compaoré.

Elles ont aussi jugé ce jour-là, la candidature d'Elie Justin Ouédraogo au poste de président, d'illégale pour la simple raison qu'il a émargé au budget de l'Etat en tant que fonctionnaire et ne dispose pas d'une entreprise fonctionnelle.

Quelques semaines après, le bureau du patronat est sorti de son silence pour apporter des précisions et présenter le processus tant décrié à l'ensemble des acteurs.

C'était au cours d'un point de presse qu'ils ont animé le mardi 8 mai 2018 à Ouagadougou. Dans sa déclaration liminaire, le secrétaire chargé à l'information et porte-parole du CNPB, HarounaToguyéni, a indiqué que le processus est inclusif, participatif et consensuel.

De ses explications, il n'appartient pas aux organisations non membres du patronat de dicter la conduite à tenir. Ainsi, a-t-il relevé, ceux qui formulent des critiques acerbes contre le patronat ne sont pas membres de la structure. Or, la participation au vote est soumise à des critères bien définis dont le principal est d'être membre du CNPB.

«Nous entendons des choses dans les médias, émanant de structures de commerçants non membres du CNPB qui prétendent soutenir la candidature de telle ou telle personne, qui dénoncent d'ores et déjà de prétendues fraudes massives et appellent même à une ingérence de tierces personnes dans le choix du président du CNPB», a détaillé HarounaToguyéni.

A laquestion de savoir qui peut être candidat, il a répondu sans ambages : «Pour être éligible, il faut être du secteur privé, faire partie d'un groupement professionnel, lequel est membre du CNPB ». Il a invité les uns et les autres à tempérer leurs ardeurs car la campagne n'est pas encore ouverte.

En ce qui concerne les textes, il a indiqué qu'un comité de relecture élargi à toutes les sensibilités a été mis en place. Sa principale tâche consistera, de son avis, à élaborer de nouveaux textes adaptés aux réalités du moment.

Au président du comité, Jean Baptiste Yaméogo et ses 26 collaborateurs, il leur est demandé de relever le défi en faisant des propositions de réformes susceptibles de garantir la cohésion au sein du secteur privé.

« ... nous n'avons pas de parti pris »

De manière explicite, ils auront la lourde tâche de faire un diagnostic du système d'organisation, de fonctionnement du CNPB et d'examiner les projets de statuts et règlement intérieur élaborés par le secrétariat.

Après les travaux du comité de relecture, un atelier de validation qui regroupera l'ensemble des membres du patronat sera organisé avant de soumettre les nouveaux textes pour adoption en Assemblée générale, au plus tard le 29 juin 2018.

«C'est l'Assemblée générale statutaire qui a demandé en janvier 2018, de faire un toilettage des textes à travers des réformes », a dit le conférencier. Pour lui, la relecture ne veut brimer personne et n'a pas été envisagée dans le but d'écarter un candidat. Quel commentaire vous inspire la récusation de la candidature de Elie Justin Ouédraogo par les commerçants ?

Quels sont les critères d'éligibilité ? Telles ont été, entre autres, les préoccupations des journalistes. Dans ses réponses, le principal conférencier a indiqué que ce sont les nouveaux textes qui vont définir les conditions d'éligibilité des candidats. Néanmoins, le seul critère sur lequel il peut se prononcer est l'adhésion au CNPB par le groupement professionnel du candidat.

Concernant le cas de la candidature controversée de Elie Justin Ouédraogo, il a dit n'être pas en mesure d'apprécier sans les critères. Mais pour la secrétaire générale de la CNPB, Philomène Yaméogo, Elie Justin Ouédraogo est bel et bien le seul candidat déclaré et a demandé du soutien.

Elle a noté qu'il est membre du CNPB et fait partie du collège des conseillers. A propos de Apollinaire Compaoré, elle a laissé entendre que l'intéressé ne s'est pas encore manifesté, encore moins son groupement professionnel, sur une quelconque candidature.

« C'est l'AG qui décidera, nous n'avons pas de parti pris », a martelé Harouna Toguyeni. Dr Jean Baptiste Yaméogo a justifié le bienfondé de la réforme par la nécessité absolue de se conformer à la loi 064 contre une loi obsolète de 1992.

Burkina Faso

An 1 de la disparition de Salifou Diallo - Le grand vide laissé a-t-il été comblé ?

19 août 2017-19 août 2018. Un an déjà que l'ex-président de l'Assemblée… Plus »

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.