17 Mai 2018

Burkina Faso: Abel Poda - « Le peuple burkinabè utilise mal sa faculté de penser et sa faculté de parler »

interview

Le mouvement Graal ! Il est peu connu des Burkinabè. Et pourtant, c'est un mouvement international qui a ses adeptes au Burkina Faso. Les premiers responsables ont rendu visite à la rédaction du journal « Le Pays » et nous en avons profité pour échanger avec le directeur national, Abel Poda, pour connaître davantage le mouvement. Lisez plutôt ce contenu.

Pouvez-vous nous présenter brièvement la Fondation Graal ?

Au Burkina Faso, l'association se nomme Fondation du Graal mais elle est liée au mouvement international du Graal dont le siège est en Autriche, précisément à Vomperberg.

C'est une association spirituelle présente dans les cinq continents et qui découle de la connaissance d'une œuvre spirituelle ayant permis à des hommes et à des femmes de décider librement de se mettre ensemble pour approfondir cette connaissance et la partager à travers certaines activités.

Cette connaissance, c'est quoi exactement ?

Cette connaissance est contenue dans une œuvre spirituelle appelée « Dans la lumière de la vérité ». Il s'agit d'une œuvre écrite par Abd-ru-shin, nom de plume de l'auteur qui est Oskar Ernst Bernhardt. Elle a été écrite en allemand puis traduite dans plusieurs langues dont l'anglais et le français.

Aujourd'hui, elle est en cours de traduction dans d'autres langues. Cette connaissance spirituelle prône la responsabilité individuelle et permet aux êtres humains qui y accèdent de décider de l'utilisation du potentiel mis à leur disposition par le Créateur pour, ainsi, assumer leurs devoirs vis-à-vis de leur Créateur. C'est dire que ce message leur révèle le sens de leur mission et le sens de leur existence.

Le mouvement Graal, est-ce une religion ou une secte ?

Le message du Graal n'est pas une religion. Il n'est pas prosélytiste. C'est la raison pour laquelle on n'en entend pas parler. Il est ouvert.

Celui qui en entend parler, qui achète le livre et le lit, peut décider individuellement d'approfondir ses connaissances sans se joindre aux autres. Donc, ce n'est ni une religion ni une secte.

Si ce n'est pas une religion, ni une secte, comment peut-on alors qualifier votre mouvement ?

Il n'y a pas de qualificatif. Le mouvement permet à l'être humain d'être libre, d'aller vers son Créateur sans paravent, sans interface. Il doit, par conséquent, reconnaître ses devoirs et les assumer pleinement.

Quelle est la différence entre le mouvement Graal et les religions ?

La différence réside dans le fait que l'être humain est appelé lui-même à prendre ses responsabilités. Il ne doit, en aucun cas, se focaliser sur un dignitaire religieux pour décider d'agir ou de ne pas agir. Il agit selon sa conviction.

A combien se chiffrent les membres de votre mouvement au Burkina Faso ?

Ceux qui ont accédé au message du Graal, par différentes voies, au Burkina Faso, et qui ont décidé de le mettre en pratique, ne dépassent pas la centaine.

Et cela, dans la mesure où c'est une connaissance qui est assez exigeante par rapport à nous-mêmes sur l'ensemble de l'utilisation des facultés mises à notre disposition, notamment la faculté de penser, la faculté de parler, l'intuition...

C'est un message avec beaucoup de contraintes sur nous-mêmes pour nous amener vers la perfection si bien que beaucoup rechignent à s'adonner à la lecture du message du Graal et partant, ne veulent pas emprunter cette voie où c'est la responsabilité individuelle qui est préconisée.

Comment est organisé votre mouvement ?

Il est organisé de la manière suivante : là où résident un certain nombre de personnes qui ont cette connaissance, elles forment un groupe qu'on appelle cercle.

Elles se retrouvent pour le partage. L'ensemble des cercles constituent l'association. Cette association est dirigée par un bureau national et c'est le bureau national qui est affilié à l'association au mouvement international du Graal qui est en Autriche.

Doit-on payer pour être membre de l'association Graal ?

On n'a pas à payer pour en être membre.

Faut-il cotiser quand on est membre ?

A partir du moment où vous accédez à la connaissance et que vous avez à cœur, le développement et l'épanouissement de cette connaissance, tout ce que vous pouvez faire, c'est d'apporter votre contribution. S'il faut, par exemple, acheter des ouvrages, vous contribuez selon vos capacités.

Quelle interprétation faites-vous de l'intuition dont fait cas votre message ?

C'est la première impression que l'on reçoit dans chaque évènement, dans chaque circonstance où nous nous trouvons. Elle nous alerte une fraction de seconde, de façon ultra rapide. Il faut pouvoir la capter. C'est cette impression, en général, qui est la vraie et qui nous mène à la vérité.

Comment peut-on développer notre intuition ?

On peut la développer en s'écoutant. C'est ce qu'on appelle la voix intérieure. A chaque fois qu'elle intervient, il faut la prendre tout de suite et l'appliquer.

Quelle est la part de la faculté de penser pour réaliser son potentiel ?

Nous disposons d'un pouvoir formateur. Il réside dans notre faculté de penser et dans notre faculté de parler. Quand nous émettons des pensées, elles constituent des œuvres. Il en est de même pour les paroles. C'est ainsi que nous pouvons être coresponsables du bien comme du mal, par nos pensées et par nos paroles.

Si nous sommes conscients de cela, il faut maintenant prendre la résolution de n'émettre que de bonnes pensées, de n'émettre que de bonnes paroles. Nous sommes magnétiques.

Quand nous émettons, ce que nous avons émis reste relié à nous par des fils infrangibles et qui nous reviendra chargé au centuple en bien ou en mal. Ce que nous faisons individuellement, collectivement aussi, est valable.

C'est ainsi que collectivement, nous pouvons drainer vers nous le bien ou le mal. Nous attirons l'attention de l'opinion sur une chose : lorsqu'un peuple est bavard, il utilise mal cette grâce que l'Eternel a mise à sa disposition ; l'environnement ne peut donc pas être bienséant pour lui. Il vaut mieux gérer sa pensée et sa parole.

Le peuple burkinabè est-il bavard ou pas ?

L'environnement révèle que le peuple burkinabè utilise mal sa faculté de penser et sa faculté de parler. Tout peuple qui utilise mal la faculté de penser et la faculté de parler, n'a pas un environnement sain.

Le message du Graal dit que, individuellement, nous avons tous le même potentiel, et qu'on doit utiliser ce potentiel pour que, collectivement, on agisse dans le même sens pour avoir un meilleur environnement.

Quelle est la part du libre arbitre dans la réalisation du potentiel ?

Le libre arbitre est là pour nous aider à mieux gérer notre potentiel et pour que nous n'attirions pas n'importe pas quoi vers nous. Il nous rend tributaire de notre choix.

Avec le libre arbitre, nous sommes individuellement et collectivement responsables de notre destin. Si cela est bien compris, aucun être humain ne peut accuser un dirigeant, encore moins le Créateur, d'être responsable de ses malheurs.

D'aucuns ne croient pas en la réincarnation qui est un des fondements de votre message. Quel commentaire en faites-vous ?

Sans la réincarnation, on ne peut pas comprendre qu'il y ait de l'injustice dans le monde. Pendant que certains peuples sont dans l'opulence, d'autres croupissent dans la misère.

Cela est la résultante des semences antérieures. Pour que les Burkinabè se forment en un peuple, il aura fallu qu'ils eussent un dénominateur commun qui fait qu'ils se sont retrouvés sur ce territoire.

Maintenant, c'est le numérateur qui fait la différence. C'est la Justice divine. Dieu aime toutes ses créatures et il n'y a donc pas de raison que les unes souffrent plus que les autres.

Comment le Burkina Faso, en tant que peuple, peut-il tirer profit du mouvement Graal ?

C'est une question essentielle, qui nous amène à organiser, le 26 mai prochain, une conférence pour attirer l'attention de l'opinion sur la responsabilité individuelle qu'a chaque Burkinabè, par l'utilisation de sa faculté de penser, sa faculté de parler, pour le bien au Burkina Faso et dans le monde.

Chaque citoyen contribue à la paix au Burkina et dans le monde, s'il oriente de façon constante sa pensée vers ce qui « élève ». Au préalable, il faut connaître la volonté divine.

La préoccupation que nous avons tous, c'est comment faire concorder nos actions avec la volonté divine. Le message du Graal invite l'opinion à reconnaître la volonté divine sinon, ce sera l'échec sur toute la ligne.

Burkina Faso

Reprise du procès du putsch manqué

Le procès du putsch manqué de septembre 2015 a repris hier, 16 août 2018, à la salle des… Plus »

Copyright © 2018 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.