17 Mai 2018

Cameroun: Quatre trafiquants d'écailles de pangolins, de carapaces de tortues, d'ivoire et bien d'autres trophées d'éléphants arrêtés à Santchou

Il a fallu les efforts conjugués des agents de la réserve faunique de Santchou, des chefs de poste de contrôle forestier et de chasse de Penka Michel et de Nkong-Ni et enfin des éléments de la Brigade de recherche de Gendarmerie de Dschang pour réussir cette opération qui a abouti à l'arrestation de ces quatre trafiquants qui étaient sur le point de réaliser leur coup.

Les quatre suspects ont été gardés à vue pour la détention et la commercialisation illégales des trophées d'espèces fauniques intégralement protégées et l'abattage illégale de ces espèces de classe A. Les suspects étaient tous arrivés sur les lieux de la transaction sur des motos. La dame, a apporté une pointe d'ivoire comme il avait été conclu dans leurs négociations commerciales. Les produits qu'ils s'apprêtaient à vendre ont été trouvés dans des sacs qui étaient visiblement placés devant chacun d'eux. L'opération a été réalisée avec l'assistance technique d'une organisation de mise en application de la loi sur la faune, dénommée LAGA.

Selon des sources dignes de foi, ils avaient chacun un produit spécifique de la faune. Ils ont eu des contacts jusqu'à Douala où des enquêtes sur leur activité illégale ont commencé et le groupe était très professionnel dans leurs transactions, d'après les mêmes sources. L'un d'eux était toujours sur ses gardes et quand les gendarmes et les responsables de la faune se sont présentés devant eux, il a commencé à courir, essayant de s'échapper mais a été immédiatement arrêté dans son élan. Il faisait l'objet d'enquêtes menées par le conservateur de la Réserve de la faune de Santchou et savait qu'il pouvait être arrêté à tout moment.

Les investigations antérieures avaient révélé que les produits étaient dissimulés dans leurs maisons respectives et la perquisition d'une maison qui a suivi immédiatement après l'arrestation a attiré une foule et c'est ainsi que les quatre suspects ont été rapidement conduits à Dschang où la procédure a continué avec leur audition sur procès-verbal.

L'opération s'est déroulée à proximité de la réserve de la faune de Santchou où il est réputé qu'une partie de ces produits fauniques aurait pu provenir de cette réserve qui a été dépouillée de la quasi-totalité de sa faune. La réserve qui était autrefois florissante avec les éléphants, les buffles et beaucoup d'autres espèces de la faune est juste une ombre de ce qu'elle était parce que la plupart de ces animaux ont été abattus par les braconniers pour approvisionner le marché illégal de viande de brousse. Cela a vidé la réserve et le problème s'est aggravé avec les activités de la population de ses environs qui empiètent dans la réserve. Les terres agricoles et les maisons ont été érigées dans les zones protégées, compromettant les chances de sa renaissance, bien que des années, le gouvernement a dit qu'il pourrait être renouvelé.

La première audience a eu lieu le 11 mai 2018 au Tribunal de première instance de Dschang

Cameroun

Election - La scène politique s'agite avant l'ouverture de la campagne

Au Cameroun, à quelques heures de l'ouverture de la campagne électorale pour l'élection… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.