18 Mai 2018

Mali: Revue sectorielle du département de l'agriculture - Des acquis mais aussi des défis

Au cours de la revue sectorielle du département de l'agriculture, les participants vont faire la photographie, le diagnostic du secteur agricole de l'année écoulée et formuleront des propositions permettant d'améliorer les performances dudit secteur pour les prochaine années.

Hier, jeudi 17 mai s'est ouverte au Gouvernorat du district de Bamako la revue sectorielle du département de l'Agriculture. La cérémonie d'ouverture a été placée sous la présidence du ministre de l'Agriculture, Nango Dembélé, en presence du représentant des Partenaires techniques et financiers, du directeur de la CPS.

Organisée par la Cellule de planification et de statistique (CPS) du département de l'Agriculture, les participants venus de l'intérieur du pays et du district de Bamako échangent sur : l'évolution du processus de formulation de la politique du foncier et l'élaboration des textes d'application de la Loi d'orientation agricoles (LOA), le niveau de mise en œuvre de la politique de developpement agricole, les données macroéconomiques du secteur agricole, l'état de santé de la profession agricole. Ils discutent sur l'état de mise en œuvre du Programme national de sécurité alimentaire en lien avec l'accélération de l'atteinte des ODD et l'élaboration de la politique nationale de sécurité alimentaire et nutritionnelle, l'émergence d'entreprises agricoles dynamiques tournées essentiellement vers le marché...

En ces périodes dominées par les lois de marché et la compétitive économique, dira le ministre de l'Agriculture, Nango Dembélé, « il est important de mieux connaitre les stratégies et politiques en vigueur dans le secteur agricole et de formuler, en conséquence, des propositions susceptibles de faciliter des objectifs liés aux politiques élaborées ».

Le ministre Dembélé a profité pour signaler quelques avancées enregistrées dans la mise en œuvre des politiques/stratégies et instruire aux structures relevant des départements en charge du secteur agricole la conception et la mise en œuvre des activités permettant de renforcer et consolider les acquis.

Il s'agit : la déclinaison du Pnisa dans 5 régions du pays et sa connexion avec l'approche Plan communal d'adaptation aux changements climatiques ( PCA), la mise en œuvre des engagements de Malabo, la couverture vaccinale du cheptel qui dépasse les 70%, la promotion des filières porteuses pour le renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, le renforcement de la résilience des producteurs à travers la maitrise de l'eau et des nuisibles...

Aux dires du ministre de l'Agriculture, dans le cadre de l'amélioration de la gestion des intrants agricoles subventionnés, son département « a entrepris le test d'une nouvelle approche appelée E-voucher, la distribution des intrants par bon électronique.

Cette approche permettra de doter le Mali d'une base de données fiables mise en place par voie électronique et allégera le travail des agents d'encadrements ».

Toutefois, Nango Dembélé a tenu à rappeler que les performances enregistrées dans le secteur agricole ne doivent pas manquer certains défis.

Il s'agit de la relative dépendance de l'agriculture aux aléas climatiques, le faible niveau de transformation des produits agricoles, le faible niveau d'équipement des producteurs, notamment les petits producteurs, la faible couverture en agents d'appui conseils...

Et de saluer les PRF pour leur accompagnement « discret efficace aux départements en charge du secteur agricole ».

Mali

Présidentielle - Après sa défaite, Cissé dénonce un «bourrage des urnes»

Première prise de parole, vendredi 17 août 2018 à Bamako, de Soumaïla Cissé, depuis la… Plus »

Copyright © 2018 Les Echos. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.