18 Mai 2018

Sénégal: Sortie du procureur sur la mort de l'étudiant Fallou Séne - Les etudiants de l'UGB affichent une «prudence »

La récente sortie du Procureur de la République sur l'affaire Mouhamadou Fallou Sène, l'étudiant de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis tué lors des affrontements mardi entre étudiants et forces de l'ordre laisse perplexe les étudiants de Sanar. Ibrahima Ndoye qui faisait face à la presse mercredi, a rassuré que tous les moyens seront mis en œuvre pour mener à bout l'enquête sur cette affaire. Ce qui malheureusement ne rassure pas la Coordination des Etudiants de Saint-Louis (CESL).

La mort de l'étudiant Mouhamadou Fallou Sène de l'UGB de Saint-Louis vient augmenter la liste d'étudiants tués lors d'affrontements entre ces derniers et les forces de l'ordre et le plus souvent cela se passe lors d'une violation des franchises universitaires.

Cet originaire de Diourbel, marié et père d'un bout de bois de Dieu devient ainsi la troisième victime après l'étudiant Balla Gaye tué en 2001 et Bassiou Faye en 2014.

Et depuis lors, des enquêtes furent ouverte mais n'ont malheureusement abouti à rien, ni à aucune arrestation, et ce au grand regret des responsables de la Coordination des Etudiants de l'UGB de St-Louis.

A en croire le Président de cette Coordination, Alexandre Mapal Sambou, les enquêtes sur ces cas de mort d'étudiants n'ont jamais rien donné jusque-là. « Nous ne sommes pas trop rassurés des propos du Procureur de la République sur l'affaire Fallou Sène car nous avons connu des propos pareils lors des meurtres précédents.

D'ailleurs c'était le cas avec Balla Gaye et Bassirou Faye car, on avait déclenché l'appareil judiciaire de l'Etat et au finish justice n'a pas été faite », regrette Alexandre Mapal Sambou qui se dit obligé de patienter puisque cette affaire est pendante devant la justice. Toutefois l'espoir est là au vu de la personne qui a en charge de cette enquête.

« Nous avons espoir en le Procureur Ibrahima Ndoye parce que c'est un homme qui a eu à poser des actes forts dans le passé et nous ne doutons pas de son indépendance », poursuit le Président de la CESL qui souligne toutefois le fait que c'est l'un des bras armés ou appareil répressif de l'Etat c'est-à-dire la gendarmerie qui est impliquée.

D'où l'inquiétude aujourd'hui des étudiants par rapport à la suite de cette affaire notamment ces poursuites judiciaires. Toutefois, ces étudiants de l'UGB de Saint-Louis campent toujours sur leur position à savoir la déclaration persona non grata du Recteur de l'UGB, le Professeur Bayedallaye Kane et du Directeur du Centre Régional des Œuvres Universitaires de St-Louis (Crous) dans l'enceinte de cette université de Sanar.

Deux autorités auxquelles ils continuent de revendiquer sans cesse la démission car étant impliquées dans l'affaire de la mort de leur camarade étudiant Mouhamadou Fallou Sène.

Selon toujours ces étudiants de Sanar, seule la résolution définitive des problèmes de bourses mettra fin aux bavures des forces de l'ordre qui ont déjà coûté la vie aux étudiants Balla Gaye, Bassirou Faye et dernièrement Mouhamadou Fallou Sène.

Sénégal

Neuf pirogues sénégalaises saisies par la Marine Bissau guinéenne

Neuf pirogues appartenant à des pêcheurs sénégalais saisies par la Marine Bissau… Plus »

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.