22 Mai 2018

Tunisie: A l'heure des choix difficiles

Et les Tunisiens de commencer à se lasser de ce feuilleton aux épisodes interminables et de concentrer leur attention sur les feuilletons et les séries ramadanesques que leur proposent les différentes TV publiques et privées.

Sauf que certaines parties impliquées dans la confection de la nouvelle version du Document de Carthage présentée comme le Document de Carthage II ou «le programme de salut national» maintiennent le suspense en multipliant les déclarations qui vont jusqu'à semer le doute sur l'issue de l'initiative politique du président Béji Caïd Essebsi, à l'origine de l'avènement du gouvernement d'union nationale présidé par Youssef Chahed.

C'est le cas de l'Ugtt dont la direction a décidé de retirer son soutien au gouvernement Youssef Chahed et d'appeler à «un remaniement profond qui va jusqu'à la révocation de celui-ci et à son remplacement par une autre personnalité qui bénéficie de l'aval de l'organisation syndicale ouvrière.

La récente déclaration de Bouali M'barki, secrétaire général adjoint de l'Ugtt, indiquant que les syndicalistes «quitteront le Document de Carthage au cas où leurs propositions, dont en premier lieu la révocation de Youssef Chahed, ne seraient pas prises en considération introduit une nouvelle donne : le dialogue et la concertation qui ont toujours présidé aux rapports entre les différents acteurs politiques en Tunisie sont-ils rompus à jamais entre l'Ugtt, la présidence du gouvernement et aussi les milieux proches de la présidence de la République où on considère toujours que l'expérience du gouvernement d'union nationale ne peut aboutir aux résultats escomptés qu'à condition que l'Ugtt y soit un partenaire actif et agissant ?

Se pose la question suivante: pourquoi l'Ugtt a-t-elle opté pour l'escalade dans ses rapports avec le gouvernement Youssef Chahed et pourquoi a-t-elle décidé de lui déclarer la guerre au risque d'être accusée, comme le soulignent certains observateurs, comme «l'obstacle n°1 à une solution qui permettra au pays d'éviter une période d'indécision d'au moins six mois que nécessiteront le choix d'un nouveau chef de gouvernement et la formation d'une nouvelle équipe ministérielle» ?

D'autres questions se posent: quelle est la personnalité qui pourrait recueillir l'aval des signataires du Document de Carthage (avec cette fois une feuille de route précise et détaillée) pour atterrir au Palais de la Kasbah et conduire le pays jusqu'aux élections présidentielle et législatives de fin 2019 ?

Une autre interrogation : pourquoi Ennahdha souffle le chaud et le froid à chacune des déclarations de ses responsables au point qu'on ne sait plus si le parti soutient le maintien de Youssef Chahed ou s'il est pour «les choix consensuels qui servent les intérêts du pays», ce qui revient à dire qu'il peut approuver le départ du chef du gouvernement au cas où tous les autres y conviendraient ?

Nombreux sont les observateurs qui avancent : «Ennahdha prendra en fin de compte la position qui lui permettra de préserver la politique du consensus et fera tout pour éviter de s'impliquer dans des choix qui pourraient menacer ses chances lors des prochaines échéances».

Tunisie

Ligue des champions / Espérance Tunis - Al Ahly, attraction du jour

Début ce vendredi de la 5è journée de la phase de groupes de la Ligue des champions de la CAF. 4… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.