22 Mai 2018

Sénégal: Ramadan et pèlerinage marial - Musulmans et catholiques dans une parfaite symbiose

La 130ème édition du pèlerinage Marial de Poponguine a coincidé avec le début du mois béni du Ramadan. Comme dans les autres localités du Sénégal, Poponguine n'a pas été en reste. Les fidèles musulmans ont jeuné dans la communion avec leurs frères catholiques.

« Certes, c'est une coïncidence que le pèlerinage se fasse en période de ramadan mais ce n'est pas un hasard. Elle participe ainsi à raffermir les liens entre musulmans et catholiques, quand on sait qu'ici à Poponguine, les deux religions cohabitent très souvent dans une même maison», a fait savoir Samba Diagne habitant ledit village.

Le Ramadan n'a pas été un frein pour les musulmans dans la prise en charge de leurs invités. «C'est toujours un honneur d'accueillir les croyants.

Le jeûne n'a rien changé dans notre comportement habituel. Certains ont fait à manger aux marcheurs alors qu'ils avaient jeûne mais c'est dans l'ordre habituel des choses», a renchéri M. Diagne. La presse n'est pas aussi en reste dans ce mois béni du ramadan.

Une partie des journalistes qui viennent pour la couverture du pèlerinage marial de Poponguine, est issue de la communauté musulmane.

Cependant, au niveau de l'organisation cette dimension n'a pas été prise en charge pour la coupure du jeûne. Beaucoup d'entre eux, étaient obligés de sillonner le village à la recherche de quoi se mettre sous les dents en attendant le diner.

«Depuis quelques temps, les journalistes ne sont pas pris en charge pour le pèlerinage. Nous avons que notre espace presse pour travailler. En cette période de ramadan, on est obligé de rentrer tôt pour nous qui habitons à Mbour. Par contre les autres ont quitté le site à la recherche de quoi couper le jêune», nous confie un correspondant de la Petite Cote.

CELEBRATION SOLENNELLE DU PELERINAGE MARIAL : «Un Oui qui inspire et honore nos engagements, dans le respect des lois et règlements»

L'archevêque de Dakar, Monseigneur Benjamin Ndiaye qui a présidé la célébration officielle de la 130ème édition du pèlerinage marial de Poponguine a appelé les fidèles ainsi que toute personne qui s'engage pour une cause que son «oui» soit un «oui», dans le concret de nos existences. L'appel a été lancé au cours de son homélie, hier, lundi 21 mai.

«O Marie, aide nous à dire Oui » est le thème de cette 130ème édition du pèlerinage marial de Poponguine. Monseigneur Benjamin Ndiaye qui présidait la messe solennelle a invité tous les acteurs de la vie à faire de leur «oui» d'engagement, du concret.

«Un Oui qui s'incarne chaque jour davantage dans notre vie spirituelle et notre vie profane, à travers nos engagements et nos obligations», a soutenu l'archevêque de Dakar.

De son avis, «nous ne sommes pas du monde qui s'oppose à Dieu mais, nous sommes bien dans le monde des hommes». «Nous devons y assumer pleinement notre mission, mettre en valeur les talents reçus de Dieu et rompre d'avec notre timidité, pour mieux nous engager dans les différents segments de la vie sociale.

D'une manière ou d'une autre, nous avons dit Oui à la société et, nous avons pris engagements vis-à-vis de notre pays, pour intégrer un corps de métier. Alors que notre Oui soit Oui. Un Oui sans contournement. Un Oui qui inspire notre vécu quotidien et honore nos engagements, dans le respect des lois et règlements», a-t-il fait comprendre.

Et d'ajouter que le «Oui » de Marie traduit son acceptation libre, c'est un Oui qui va déterminer tout son parcours et sa mission, depuis l'annonciation jusqu'à la Pentecôte.

«Le oui de maman Marie est un oui à la maternité, un oui à la vie, tout à l'opposé de nos avortements, assassinats d'enfants, de nos meurtres rituels, de nos «violences assassines», a déclaré le guide religieux.

Ce qui le conduit à dire : « tu ne tueras pas dira le 5ème commandement». A la suite du Christ Grand prêtre par excellence, l'archevêque à inviter aussi les fidèles catholique à vivre pleinement le Oui de leur baptême.

«Ne renions pas le Christ. Nous avons été confirmés dans la foi. Demeurons fermes. Et quand nous allons communier, disons Oui à Jésus avec foi, en répondant Amen pour recevoir le corps » a-t-il souligné. Le guide religieux a ainsi donné en exemple la Vierge Marie et a demandé au cours de la célébration de suivre ces pas par les actes qu'elle a eus à poser dans sa vie sur terre.

PELERINAGE MARIAL DE POPONGUINE : Une foire des affaires

Le pèlerinage marial de Poponguine reste attaché à sa tradition de foire aux affaires commerciales. Malgré les mesures restrictives, de dégager des environs du sanctuaire, de tout ce qui est commerce, des ambulants de produits divers, ont installé des étalages le long des artères de la cité religieuse.

Rien n'est laissé au hasard. Des fruits aux sandwichs, les habits et la boisson ont été achetés en quantité. Chacun veut marquer son passage à Poponguine. Des souvenirs à l'image des bourses. Des commerçants venus de tous les coins de la Petite Côte et du pays se frottent les mains.

Des articles à l'effigie du Christ et de Marie, des objets et signes de culte sont vendus comme de petits pains. Une attention particulière est portée sur les gargotes avec une absence discrète de la vente de boisson alcoolisée.

Les mesures du comité national du pèlerinage de Poponguine sont passées par là. Les habitants de Poponguine dont certains sont des marchands d'un jour ainsi que les ressortissants des villages environnants interrogés ont fait part des effets induits ou retombées très juteuses du pèlerinage leur ayant permis de se faire des revenus.

Ces derniers souhaitent la continuation du pèlerinage et ne souffrent aucunement des mesures visant une bonne organisation de la manifestation. Ils saluent la réfection des routes et la volonté affichée de moderniser la ville religieuse de Poponguine à l'image des autres villes ayant le même statut et ayant déjà bénéficié du concours de l'Etat.

Un passage dans les installations de santé hier, lundi 21 mai, en milieu de journée nous a permis de constater des absences de cas d'infections alimentaires. En effet, des mesures relatives à l'eau et à l'électricité prises ont permis une bonne alimentation des sites et foyers de pèlerins.

Autre constat très intéressant, les routes sont jonchées d'articles de commerce réduisant à nul par endroit la mobilité. Les voitures de sécurité, celles de la santé et de la brigade d'hygiène, en dehors de quelques privilégiés circulent à l'intérieur de la commune.

Les pèlerins sont obligés de faire des kilomètres car «la gare routière de fortune» est à plusieurs kilomètres du sanctuaire.

Sénégal

Décès de Kofi Annan, ancien SG de l'ONU (médias)

Le ghanéen, Kofi Annan, ancien secrétaire général de l'Organisation des Nations-Unies (ONU),… Plus »

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.