22 Mai 2018

Burundi: Le référendum constitutionnel divise

analyse

Au Burundi, les regards sont tournés vers la Cour constitutionnelle. Elle dispose de huit jours pour valider ou non les résultats du référendum constitutionnel de jeudi dernier.

Selon la commission électorale nationale indépendante (CENI), sans surprise, le "oui" l'a largement emporté à ce scrutin qui pourrait permettre au président Pierre Nkurunziza de rester en poste jusqu'en 2034. Des résultats dénoncés par l'opposition. Celle-ci estime que le référendum s'est tenu dans un climat de peur et a été marqué par des fraudes.

Le "oui" en faveur de la révision constitutionnelle a obtenu 73,2% des voix contre 19,3% pour le "non". Le taux de participation est estimé à plus de 96,4% a indiqué le président de la Commission électorale (CENI).

Ce qui fait dire au député Pascal Nyabenda président de l'Assemblée nationale et proche du pouvoir, que ce référendum ne souffre d'aucune ambigüité ni d'irrégularité. "Je pense que tout le monde voit la réalité. C'est qu'il n'y a pas eu de vol, de tricherie. Les élections étaient transparentes donc je pense que tout le monde devrait être convaincu des résultats de ce référendum" précise t'il. Si elle est validée et promulguée, la nouvelle constitution aura des conséquences sur le système électoral et la participation aux élections en tant qu'indépendant.

L'opposition conteste

Agathon Rwasa, président du FNL, parti non reconnu par les autorités burundaises, estime pour sa part que "c'est un oui forcé parce que les gens n'ont pas été libres dans l'expression de leur vote. On recule avec ce référendum. On plonge droit dans la dictature. Puisque le parlement est réduit à juste une sorte de caisse de résonnance. L'article 81 dispose que les partis politiques peuvent former des coalitions mais l'article 86 vient dire que, il est quasiment impossible pour les indépendants de se coaliser. Vous comprendrez donc qu'il y'a des droits qui sont garantis pour certains et qui sont bannis pour d'autres. En tout cas, c'est une discrimination qui est maintenant mise sur papier en noir et blanc. Et qui risque de porter préjudice à la démocratie et à la paix au Burundi."

Pour Charles Nditije, opposant en exil en Europe, Pierre Nkurunziza n'avait pas le droit d'amender la constitution burundaise parce que c'est un président illégal et illégitime, mais aussi et surtout, l'article 299 de l'actuelle constitution lui interdit tout projet d'amendement qui porte atteinte à l'unité nationale, à la paix sociale et à la cohésion.

L'opposition a la possibilité de saisir la Cour constitutionnelle qui a un délai de huit jours pour statuer. Mais quel pourrait être le verdict de cette Cour dont le président a été nommé par Pierre Nkurunziza ? Question que se posent les opposants burundais.

Burundi

Un militant des droits de l'homme condamné à 5 ans de prison

Le militant des droits de l'homme burundais, Nestor Nibitanga, ex-représentant de l'Association burundaise pour… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.