23 Mai 2018

Sénégal: Après les sorties de Sidy Lamine Niass et de Bamba Ndiaye - Le leader de Rewmi nie la paternité des propos qu'on lui attribue

En conférence de presse hier, ldrissa Seck, qui refuse la paternité des propos qu'on lui attribue sur les lieux saints de l'islam, a présenté des excuses. Il donne, toutefois, rendez-vous à ses détracteurs à la fin du mois de ramadan.

L'ancien Premier ministre, Idrissa Seck, est depuis quelques jours sous la rampe des projecteurs. Non pas pour des faits politiques, mais pour des affaires liées à la religion. Après Mouhamadou Bamba Ndiaye, ancien ministre des Affaires religieuses sous Abdoulaye Wade qui l'a accusé de blasphème, le Pdg du Groupe Walfadji a aussi fait une conférence de presse avant-hier pour dire que le président de Rewmi s'est auto-exclu de la religion musulmane. Selon Sidy Lamine Niass, en disant que le vrai lieu de pèlerinage se trouverait à Jérusalem et non à la Mecque, Idrissa Seck «a profané l'islam et le prophète Mouhamed(Psl)».

La réplique du président du Conseil départemental de Thiès ne s'est pas faite entendre. Il a tenu lui aussi hier une conférence de presse à son domicile à Thiès pour apporter des «éclairages». «Je ne voulais pas me lancer dans cette polémique, mais en faisant part à mes guides de ma volonté d'aller terminer le travail que j'avais commencé à l'étranger, ils m'ont recommandé de clarifier les choses avant de quitter le pays. C'est pourquoi j'ai tenu à apporter quelques précisions», a d'emblée mentionnée l'ancien maire de Thiès.

Selon Idrissa Seck, son souhait est «d'être un bon musulman mais aussi un vrai mouride».«C'est en tout en cas ce que je prie au bon Dieu. Parce qu'il n'est pas facile d'être un talibé de Serigne Touba», a-t-il dit en citant quelques poèmes de Cheikhoul Khadim. En en croire le patron de Rewmi, être un bon musulman et un vrai mouride ne riment pas avec prendre la religion à la légère ou encore le prophète Mouhamed(Psl) ou la «Kaaba» «comme essaient de le faire croire les ennemis». «Pour ceux qui essaient d'embrouiller les gens qu'ils sachent que c'est une peine perdue. Cela est incompatible avec mes désirs exprimés plus haut», a laissé entendre M. Seck.

Toutefois, il a tenu à présenter des excuses même s'il refuse la paternité des propos qu'on lui attribue. «Ces pures inventions, si elles blessent un musulman, même s'il sait que je ne suis pas l'auteur, je lui présente en ce mois de ramadan, mes plates excuses. Je demande aussi pardon à mon Seigneur et lui demande de rétribuer les bientôt du pardon à tous les Sénégalais et à toute la Ummah islamique», a soutenu Idrissa Seck. Non sans souligner qu'il n'en a pas fini avec Sidy Lamine Niass et Bamba Ndiaye, même s'il dit leur pardonne en ce mois béni. «Je vais parler avec eux après le ramadan. Je ne vais pas utiliser leurs vrais noms qui sont saints, mais je vais les appeler par des surnoms», a promis Idrissa Seck.

Sénégal

Des militaires français impliqués dans une rixe à Dakar

Au Sénégal, cinq militaires français basés à Dakar sont directement liés… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.