23 Mai 2018

Congo-Kinshasa: Ébola - Pas de cas suspect détecté à Kinshasa

Photo: UNICEF/Mark Naftalin
Les agents de santé se préparent à soigner les patients d'Ebola à l'hôpital de Bikoro, l'épicentre de la dernière épidémie du virus en RDC.

Le ministère de la Santé dément les rumeurs qui circulent dans l'opinion sur la présence d'un présumé cas suspect de l'épidémie à l'hôpital général de Kinshasa.

Une rumeur faisant état de la présence d'un présumé cas suspect de virus Ébola, à l'hôpital général de Kinshasa, a circulé ces derniers jours, jetant l'émoi dans le chef de nombreux Kinois. Dans une mégalopole où la promiscuité est garantie à l'instar de Kinshasa, une telle information ne pouvait que semer la panique parmi la population lorsqu'on connaît la gravité de cette épidémie qui n'épargne guère les malades. Face aux inquiétudes ainsi manifestées, le ministère de la Santé publique était en droit de rassurer l'opinion et tordre le coup à cette vile rumeur. Dans un communiqué publié le 23 mai, le ministère de la Santé a, tout en démentant la rumeur, indiqué que jusqu'à ce jour l'épidémie reste circonscrite dans la province de l'Équateur.

Le communiqué indique que le fameux cas, présenté à tort comme suspect, n'était en fait qu'une patiente qui venait de Brazzaville. Elle a été interceptée au port Beach Ngobila et présentait une jaunisse non liée à la maladie à virus Ébola, à en croire le ministère de la Santé. C'est en tout cas les résultats auxquels sont parvenus les médecins après investigations cliniques et épidémiologiques effectuées à l'Hôpital général de référence de Kinshasa (ex-Mama Yemo).

Embrayant sur le même registre, le représentant pays de l'Organisation mondiale de la santé, le Dr Allarangar Yokouide, a, au cours de la conférence de presse des Nations unies le même jour, renchéri que le cas admis à l'ex-Mama Yemo n'est pas un cas suspect. « C'est ce qu'il faut dire d'abord. Et quand il y a une alerte comme ça, il y a des équipes qui ont été mises en place qui se déplacent immédiatement pour faire des investigations. Et le cas de Mama Yemo est actuellement sous investigations », a-t-il déclaré, ajoutant au passage que cette situation n'est pas une première du genre.

« Ce n'est pas le premier cas détecté à Kinshasa. Mais après analyses, tous ces cas ont toujours été négatifs », a t-il soutenu. Il a, par la même occasion, exhorté la population kinoise à rester en alerte et vigilante, et à continuer à observer strictement les mesures d'hygiène afin de parer à toute éventualité. Toujours dans le cadre de la prévention, le ministère de la Santé publique a dit avoir déployé ses équipes de brigade sanitaire le long du fleuve et aux différents points d'entrée de la capitale ainsi que d'autres villes.

Pour en revenir à la province de l'Équateur où la maladie a été déclarée, rappelons que les deux malades qui s'étaient évadés lundi de l'hôpital général de Wangata, à Mbandaka, ont été retrouvés morts. Leur enterrement sécurisé a été assuré par la Croix-Rouge en présence de Médecins sans frontières. Un autre qui s'était échappé le week-end dernier a été retrouvé au marché de la ville.

En savoir plus

Début de la campagne de vaccination anti-Ebola

A Mbandaka, trois agents de santé ont été vaccinés au cours d'une cérémonie… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.