24 Mai 2018

Afrique: Immigration clandestine - "Le destin des jeunes n'est pas de mourir dans la mer", estime Adesina

Il a annoncé que son institution va investir 35 milliards de dollars américains (EU) sur les dix prochaines années pour accompagner l'industrialisation de l'Afrique.

Le président de la Banque africaine de développement (Bad), M. Akinwumi Adesina, a indiqué, au cours d'une conférence de presse, à Busan en Corée du Sud, que « l'Afrique doit cesser d'être le musée de la pauvreté ». Selon lui, les populations africaines sont déterminées à inverser cette tendance. «Environ 580 millions de jeunes africains arriveront d'ici à 2050 sur le marché de l'emploi», a-t-il affirmé. Avant de souligner que les populations du continent sont fatiguées de la pauvreté. « L'avenir des jeunes africains n'est pas en Europe. Leur unique destin n'est pas d'aller mourir dans la méditerranée », a-t-il martelé.

Pour M. Adesina, l'un des meilleurs moyens de sortir l'Afrique de la pauvreté, c'est d'accélérer son industrialisation. « La volatilité des prix des matières premières enregistrée ces dernières années a pénalisé de nombreux pays africains. Elle nous a convaincus de l'urgence à diversifier nos économies, notamment par la transformation sur place de nos matières premières », a plaidé le président de la Bad.

Il a annoncé que son institution va investir 35 milliards de dollars américains (EU) sur les dix prochaines années pour accompagner l'industrialisation de l'Afrique. Trois conditions doivent, a-t-il expliqué, être réunies pour permettre à l'Afrique de s'engager résolument sur le chemin de l'industrialisation. « Il n'y a pas d'industrialisation sans leadership politique clair et assumé. Il n'y a pas d'industrialisation non plus sans un investissement massif dans les infrastructures. Enfin, il n'y a pas d'industrialisation sans renforcement des ressources humaines, notamment des investissements dans les sciences, les nouvelles technologies et les innovations », a précisé M. Adesina.

Plaidant pour que l'Afrique s'inspire des expériences industrielles d'autres parties du monde, il a toutefois mis en garde contre le prêt-à-reproduire. « Toutes les régions du monde se sont inspirées de modèles de réussites industrielles observées ailleurs. De ce point de vue, l'Afrique peut elle aussi s'inspirer de l'expérience industrielle de la Corée du Sud sans pour autant tomber dans la reproduction paresseuse », a-t-il ajouté.

Cote d'Ivoire

Marché des Titres Publics - Quand le Sénégal et la Côte d'Ivoire retiennent toujours le marché

Au cours du mois de mai 2018, le volume des ressources levées sur le marché financier régional a… Plus »

Copyright © 2018 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.