25 Mai 2018

Burundi: Le Conseil de sécurité divisé sur la marche à suivre

Photo: JC Mcllwaine/UN Photo
Conseil de sécurité des Nations Unies

Quatre jours après l'adoption d'une réforme constitutionnelle qui pourrait permettre au président Nkurunziza de rester quatorze ans de plus à la tête du pouvoir burundais, le Conseil de sécurité s'est réuni hier sur cette crise.

L'envoyé spécial de l'ONU, Michel Kafando, a lancé un appel à la reprise du dialogue interburundais, seul moyen, selon lui, de mettre un terme à la crise que traverse le pays depuis 2015. Mais les diplomates sont apparus profondément divisés sur la marche à suivre afin de stabiliser le pays.

La crise politique au Burundi est-elle encore une menace à la paix et à la sécurité internationale ? « Oui », ont répondu les membres européens du Conseil de sécurité qui ont fait valoir que le référendum qui s'est tenu dans le pays était contraire aux accords de paix d'Arusha et qu'il favorisait de ce fait un risque de dégradation sécuritaire de la situation.

Soutiens de poids

Mais Bujumbura a des soutiens de poids au Conseil, notamment la Russie et la Chine, deux membres permanents dotés du droit de veto.

Moscou a insisté sur le fait que le Burundi ne devrait plus se trouver à l'agenda du Conseil de sécurité mais aux mains des agences spécialisées de l'ONU. La Chine, la Bolivie et la Guinée équatoriale ont toutes trois souligné le droit souverain de Bujumbura à tenir un référendum.

Pressions insuffisantes

Pour les organisations internationales qui suivent de près le dossier burundais, les pressions internationales sont très insuffisantes et le Burundi reste une menace à la sécurité de la région, mais aussi à la crédibilité de l'Union africaine et de l'ONU. Car c'est le manque, selon elles, de consensus au Conseil de sécurité qui a permis au président Nkurunziza de rester le maître de l'avenir de son pays.

En savoir plus

Référendum - Une coalition d'opposition conteste les résultats

Au Burundi, la coalition d'indépendants Amizero y'Abarundi menée par l'opposant Agathon Rwasa rejette les… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.