29 Mai 2018

Congo-Kinshasa: Kinshasa demande des éclaircissements sur l'initiative rwandaise

Photo: allafrica.com
Elections ou complot ? Paris-Kigali-Luanda - Kinshasa exige des explications

La demande d'explication du porte-parole du gouvernement congolais au président français, Emmanuel Macron. En fin de semaine dernière après sa rencontre avec le président rwandais, Paul Kagamé, le chef de l'Etat français avait déclaré soutenir l'initiative sur la RDC prise par le président de l'Union africaine, en lien étroit avec le président angolais. Propos qualifié de « sublimineux » et « plein d'ambiguïté » par Lambert Mendé.

Samedi déjà, les ambassadeurs des trois pays concernés, France, Rwanda et Angola ont été convoqués par le ministre des Affaires étrangères à Kinshasa.

Ce lundi, Emmanuel Macron recevait cette fois à l'Elysée le président João Lourenço. Ce dernier réitère la position tenue par le président de l'Union africaine, le Rwandais Paul Kagamé : l'alternance en RDC est indispensable. Le président Joseph Kabila ne doit pas se représenter à la prochaine présidentielle.

Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement, estime que ces propos méritaient pour le moins des précisions : « Nous avons posé la question de savoir comment il peut se faire qu'on puisse parler de la République démocratique du Congo, sans la République démocratique du Congo ?

Nous attendons la réponse. Si elle n'est pas satisfaisante, soyez certains que nous en tirerons toutes les conséquences. Nous ne sommes pas fâchés.

Nous avons posé une question quant aux mesures que nous pourrions prendre dès lors que des pays pourraient se prêter à de nouvelles aventures hostiles contre la République démocratique du Congo. Nous n'excluons aucune réponse.

Je le dis, parce que nous avons un peuple beaucoup plus aguerri, nous avons une armée beaucoup mieux équipée, beaucoup mieux préparée. Donc, quiconque s'aventurerait à venir avec des initiatives hostiles, ici, devrait savoir que ce ne serait pas une promenade de santé ».

La RDC a donc fait part de sa surprise, mais Kigali affirme n'avoir aucune ambition sur la RDC. Selon Olivier Nduhungirehe, le secrétaire d'Etat rwandais aux Affaires étrangères, la position de Paul Kagamé, reprise par João Lourenço, est une position déjà exprimée lors d'une rencontre avec Emmanuel Macron. Et Paul Kagamé s'était alors exprimé en tant que président en exercice de l'Union africaine.

« Il s'agissait d'une visite de travail du président Kagame en France et ils ont abordé plusieurs sujets, y compris les sujets de paix et sécurité en Afrique. Et sur la question de la RDC, le Rwanda n'a pas d'initiative propre ou bien d'initiative conjointe avec l'Angola.

Le Rwanda, en tant que pays qui dirige l'Union africaine, se tient prêt à soutenir des initiatives régionales sur la RDC et c'est ce qui a été abordé. Ce sont des initiatives dans le cadre des pays de la région pour essayer de discuter, de régler, le problème de la RDC.

La résolution des conflits en Afrique se base principalement sur le principe de subsidiarité. Donc, on laisse aux pays de la région le soin de régler un conflit ou une situation et l'Union africaine soutient ces initiatives. C'est dans ce cadre-là que le président en exercice de l'Union africaine soutiendra cette initiative et soutiendra les conclusions de cette initiative ».

En savoir plus

Enjeux politiques - Kinshasa refuse toute solution importée

Dans une déclaration du 28 mai, le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, affirme qu'une rébellion… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.