1 Juin 2018

Burundi: Nouvelle constitution - Le recours de l'opposition rejeté

Au Burundi, la Cour constitutionnelle a déclaré non-fondé le recours en nullité de la coalition d'opposition Amizero y'Abarundi introduit une semaine plus tôt. Elle a validé dans la foulée la large victoire du « Oui » lors du référendum constitutionnel du 17 mars dernier, qui devrait permettre au président Pierre Nkurunziza de rester au pouvoir jusqu'en 2034 et lui donner une mainmise totale sur le pouvoir.

Le président pourrait promulguer dans la foulée la nouvelle Constitution pour « tourner la page de la Constitution de 2005 » et montrer à ses nombreux détracteurs que le processus est « irréversible ». Les conséquences de ce changement ne devraient pas tarder.

Le parti CNDD-FDD au pouvoir au Burundi a salué un moment historique. « Il faut s'attendre à de grands bouleversements politiques dans le pays », assure un de ses cadres.

Les choses devraient aller vite. Selon une disposition de la nouvelle Constitution, celle-ci entre en vigueur le jour de sa signature sauf pour les institutions élues, notamment le chef de l'Etat, le Parlement et les conseils communaux qui restent en place jusqu'aux élections générales de 2020. Le gouvernement non-élu devrait faire le premier les frais de ces changements annoncés.

Concentration du pouvoir

Le premier vice-président issu officiellement de la communauté tutsi et d'un parti autre que celui du président, devrait garder son poste, devenu purement symbolique. Celui de deuxième vice-président va être remplacé par le poste de Premier ministre mais le véritable chef de gouvernement sera Pierre Nkurunziza qui concentrera désormais tous les pouvoirs entre ses mains.

Enfin, le président n'est plus tenu de prendre dans le gouvernement des membres des partis d'oppositions qui ont obtenu plus de 5 % aux législatives. Les cinq ministres issus de la coalition d'opposition Amizero y'Abarundi devraient en faire les frais d'ici peu.

D'autres postes hauts placés devraient suivre avant que le président Pierre Nkurunziza et son parti ne s'attaquent à une tâche législative de longue haleine. Il fallait jusqu'ici une majorité qualifiée des deux tiers pour voter les simples lois. Elle est ramenée à la majorité absolue par la nouvelle Constitution. Le président de l'Assemblée nationale a déjà annoncé s'atteler à l'avenir à modifier tous les textes de loi pour lesquels il a fallu transiger avec l'opposition.

Burundi

Un militant des droits de l'homme condamné à 5 ans de prison

Le militant des droits de l'homme burundais, Nestor Nibitanga, ex-représentant de l'Association burundaise pour… Plus »

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.