31 Mai 2018

Afrique: Le rôle de la migration intra-africaine dans le développement

Photo: Olivia Headon/OIM
Nouvelles arrivées d'éthiopiens à Obock à Djibouti

Les migrations africaines pourraient stimuler la croissance et transformer positivement la structure de l'économie du continent, selon un nouveau rapport de la CNUCED sur le développement économique en Afrique. Selon cette agence onusienne basée à Genève, le rapport met en évidence « la corrélation intime qui existe entre les deux faces d'une même pièce, à savoir : les migrations et le commerce.

Ce document permet également de voir la contribution nette des migrations en Afrique. La contribution des migrants internationaux au PIB a été ainsi mesurée à 19 % en Côte d'Ivoire (2008), 13 % au Rwanda (2012), 9 % en Afrique du Sud (2011) et 1 % au Ghana (2010).

Les envois de fonds vers l'Afrique ont augmenté en moyenne de 38,4 milliards de dollars (2005-2007) à 64,9 milliards de dollars (2014-2016).

Ces apports ont représenté 51 % des flux de capitaux privés vers l'Afrique en 2016, contre 42 % en 2010. Les migrations intracontinentales et les migrations extracontinentales sont donc une double nécessité pour soutenir la transformation structurelle de l'Afrique.

« Les mouvements de population hors des frontières offrent souvent aux individus la possibilité d'une vie meilleure, et présentent des avantages sociaux et économiques pour les pays d'origine comme pour les pays de destination, ainsi que pour les générations futures », a déclaré le Secrétaire général de la CNUCED.

Pourtant, selon Mukhisa Kituyi, « une bonne partie du discours du public, particulièrement en ce qui concerne les migrations internationales africaines, est pleine d'idées fausses qui alimentent une représentation conflictuelle, trompeuse et nuisible de la réalité ».

L'histoire de Mamadou et de Ramatoulaye du Sénégal et d'Afwerki d'Ethiopie

Reste qu'historiquement et encore aujourd'hui, la plupart des migrants africains se déplacent à l'intérieur du continent. En 2017, 19 millions de migrants internationaux se sont déplacés en Afrique et 17 millions d'Africains ont quitté le continent - mais l'écart se réduit. L'Afrique est aussi une destination migratoire pour 5,5 millions de personnes venues de l'extérieur du continent.

En 2017, les cinq principales destinations des migrations intra-africaines (par pays d'accueil et par ordre décroissant) étaient l'Afrique du Sud, la Côte d'Ivoire, l'Ouganda, le Nigeria, l'Ethiopie (tous pays ayant accueilli plus de 1 millions de migrants), indique le rapport.

Par ailleurs, le rapport raconte l'histoire de Mamadou et de Ramatoulaye (Sénégal) et d'Afwerki (Éthiopie). Bien qu'il s'agisse de personnages fictifs représentant deux types différents de migrants, les qualifiés et les peu qualifiés, leurs parcours illustrent les avantages (et les écueils) que comporte la migration intra-africaine pour le commerce et le développement du continent.

A l'image de Mamadou, Ramatoulaye et d'Afwerki, l'âge moyen des migrants internationaux africains était en 2017 de 31 ans, soit l'âge médian le plus faible au monde.

L'an dernier, les femmes migrantes représentaient près de la moitié de l'ensemble des migrants internationaux en Afrique (47 %). Le nombre absolu de migrantes internationales est passé de 6,9 millions en 2000 à 11,6 millions en 2017.

A noter que l'analyse que le rapport fait du rôle des migrations intra-africaines dans le processus de développement de l'Afrique devrait en faire un document de référence en vue de définir la position de l'Afrique dans le cadre du pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières qui doit être adopté à Marrakech en décembre 2018.

En savoir plus

CEA - Le Panel établit un agenda pour les politiques migratoires africaines

Dans le cadre de leurs consultations de deux jours concernant la contribution du Panel de haut niveau sur les migrations… Plus »

Copyright © 2018 UN News Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.