31 Mai 2018

Burkina Faso: Dialogue politique - Majorité et opposition à l'école du Danemark

Le chef de l'Etat, Roch Marc Christian Kaboré, a reçu en audience, le jeudi 31 mai 2018, des représentants de quatorze partis de la majorité et de l'opposition. Conduits par Me Bénéwendé Stanislas Sankara, ils sont allés faire au président du Faso le point d'une mission qu'ils ont effectuée au Danemark pour s'imprégner de son expérience en matière de dialogue politique.

Ce n'est pas la première fois que le Burkina s'inspire de l'expérience danoise. En 1993 déjà, des journalistes burkinabè avaient effectué un voyage au Danemark dans ce sens. Le médiateur du Faso, en tant qu'institution y avait également séjourné pour apprendre de la politique des ombudsmans de ce pays.

Cette fois-ci, c'était au tour des responsables de quatorze partis de la majorité présidentielle et de l'opposition d'aller à l'école du Danemark. A leur sortie d'audience, Me Sankara, qui s'est exprimé au nom de ses homologues, tous dans une ambiance très enjouée, a confié à la presse l'objet de leur visite au président Kaboré.

On retient qu'ils lui ont remis le rapport d'une mission qu'ils ont effectuée à Copenhague du 12 au 19 mai 2018. Dans ledit rapport, selon le premier vice-président de l'Assemblée nationale, il est question de pouvoir aboutir à un véritable dialogue politique au Burkina Faso. Ils ont eu une oreille attentive, a-t-il affirmé.

Le président du Faso, à l'en croire, a pris l'engagement de les accompagner dans ce processus qui s'ouvre avec le soutien de l'institut danois des partis et de la démocratie (DIPD).

Le programme va incessamment commencer pour une durée de six mois et se transformera éventuellement en programme triennal, avec comme interlocuteur et facilitateur le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) qui a du reste accompagné les partis politiques dans leur mission au Danemark.

Au niveau des formations politiques, a-t-il souligné, il y a une volonté commune d'œuvrer à la stabilité du pays, à l'ancrage démocratique et à la paix, qui sont les premiers facteurs du progrès, du développement économique et social.

De l'expérience danoise concernant le dialogue politique, Me Sankara dit avoir appris qu'il faut s'accorder sur les désaccords. L'expérience danoise est pour lui une formule magique.

S'il y a la volonté, confie-t-il, il faut s'assoir autour d'une table et mettre ensemble en synergie tout ce qu'on partage comme valeurs. Foi de Me Bénéwendé Stanislas Sankara, au niveau des quatorze partis qu'ils ont représentés à Copenhague, cette volonté est bien réelle.

Le dialogue politique met en présence des groupes d'intérêts différents qui s'engagent à se pencher sur une question dont les enjeux sont mutuels, mais pas nécessairement communs.

Il suppose que les personnes de positions et de circonstances différentes ont des points de vue différents sur le même problème, et qu'elles disposent vraisemblablement à ce propos d'informations et d'idées différentes.

Burkina Faso

Journee internationale de lutte contre la corruption

La déclaration ci-dessous est un message conjoint de plusieurs structures de lutte contre la corruption. Ces… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.